Laurent Ruquier : non désiré par sa défunte mère, il se confie

Chargement en cours
Laurent Ruquier assiste à la conférence de presse de rentrée du groupe RTL à Paris, le 7 septembre 2016.
Laurent Ruquier assiste à la conférence de presse de rentrée du groupe RTL à Paris, le 7 septembre 2016.
1/2
© BestImage, COADIC GUIREC

Justine Fiordelli

D'humeur toujours enjouée sur les plateaux télé, Laurent Ruquier n'a pourtant pas connu une enfance facile. D'ordinaire discret sur sa vie privée, il évoque aujourd'hui les rapports compliqués qui l'ont liés à sa mère Raymonde, disparue en 2015, et parle non sans émotion de son statut d'enfant non désiré.

Son passé d'enfant non désiré : un fardeau

Le présentateur d'"On n'est pas couché" sur France 2 a trouvé dans sa carrière un exutoire et un moyen d'aller de l'avant. Car s'il est aujourd'hui reconnu pour ses talents d'animateur radio et télé, Laurent Ruquier a dû grandir avec un douloureux poids : celui de ne pas être désiré par sa mère, comme il le confie aujourd'hui dans la dernière édition du Journal du dimanche. Un sujet qu'il choisit d'évoquer ouvertement.

Enfant, il se rappelle encore de sa mère Raymonde répétant : "Ah, si seule­ment la pilule avait existé, il ne serait pas là, celui-là." De douloureux mots qui ont développé chez lui un besoin perpétuel de se faire une place dans ce monde. "Cette phrase de ma mère a nourri un besoin de recon­nais­sance", confie-t-il. Ce qu'il a réussi à faire grâce au théâtre, notamment : "Exis­ter, prou­ver que je n'étais pas là par hasard. Contrai­re­ment à la radio ou à la télé, une pièce peut conti­nuer à vivre même quand vous n'êtes plus là."

"Je n'étais pas si proche d'elle"

S'il a fait aujourd'hui de nouvelles confessions, ce n'est pas la première fois que Laurent Ruquier évoque ses rapports compliqués avec sa mère. Dans une interview accordée au site Marie Claire en mars 2016, le Français de 53 ans avait également abordé la disparition récente de celle qui l'a mis au monde, au détour d'un petit lapsus.

"J'ai eu des disparitions récentes, un frère, ma mère. J'allais dire : 'Une mère'... Voyez : comme quoi je n'étais pas si proche d'elle ; c'est un lapsus révélateur", avait alors confié celui que l'on retrouve du lundi au vendredi sur les ondes de RTL dans les "Grosses têtes", et sur France 2 dans "On n'est pas couché", entouré de sa fine équipe composée de Vanessa Burggraf et Yann Moix.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU