Léa Salamé : "Je ne veux pas passer à côté d'une vie de famille"

Léa Salamé : "Je ne veux pas passer à côté d'une vie de famille"
Léa Salamé

Camille Inglebert

Des 100 000 téléspectateurs d'i>Télé aux cinq millions de France 2, Léa Salamé a fait le grand écart, devenant une figure journalistique du PAF depuis son recrutement par Laurent Ruquier dans On N'Est Pas Couché. Ajoutez à cela l'interview qu'elle réalise tous les matins sur France Inter, et vous trouverez une femme très occupée par son métier ! D'ailleurs, Léa Salamé, 35 ans, l'avoue volontiers : elle est dans une période où elle privilégie sa carrière, plutôt qu'une éventuelle vie de famille.

"À la trentaine, il est difficile de mener de front sa carrière et sa vie privée. Je suis à l'âge des choix. J'ai des amies qui, après avoir été enceintes, n'ont pas retrouvé leur poste. J'ai envie d'avoir des enfants et je sais que le temps n'est pas élastique", confie-t-elle dans les pages de Paris-Match. "Dans les cinq ans à venir, je serai capable de mettre ma carrière entre parenthèses. Je ne veux pas passer à côté d'une vie de famille".

Si Léa Salamé n'a pas encore d'enfant, elle a bien un compagnon, un homme qu'évoque souvent Laurent Ruquier dans son émission. La journaliste n'en dira pas beaucoup plus sur son amoureux. "Je n'aime pas parler de ma vie privée, mais je suis plutôt heureuse, même si l'évolution de ma carrière complique forcément les choses", révèle-t-elle.

En outre, elle avoue être difficile à vivre ! "Je suis exigeante, indépendante et j'ai une peur panique de l'usure du couple par le quotidien et la répétition". C'est pour ces raisons qu'elle et son amoureux vivent chacun dans un appartement différent.

La répétition, Léa Salamé ne l'a pas beaucoup connue ces deux dernières années, multipliant les nouvelles opportunités et collaborations. Si en cette rentrée elle est restée fidèle au service public, que ce soit à la télévision et à la radio, elle connaît tout de même quelques nouveautés, comme son association avec Yann Moix dans l'émission de Laurent Ruquier. Si elle s'était "adaptée" à Aymeric Caron l'année dernière, elle confie avoir eu "un très bon feeling" avec son successeur, dont elle pense qu'ils sont "complémentaires".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU