Les dérapages coquins des politiques en 2016

Chargement en cours
Bernard Cazeneuve quitte l'Élysée, le 7 décembre 2016.
Bernard Cazeneuve quitte l'Élysée, le 7 décembre 2016.
1/2
© Abaca, Liewig Christian

Hélène Demarly

Lundi 19 décembre, le compte Twitter du sénateur Joël Guerriau a publié une question sur Daesh accompagnée d'une photo de pénis. Si l'homme politique a porté plainte et évoqué un piratage, il n'est pas le seul à se retrouver au coeur d'une affaire coquine. Retour sur les trois affaires qui ont marqué 2016.

Bernard Cazeneuve et la fessée

En mai 2016, le compte Twitter de Bernard Cazeneuve like une photo de fessée du compte "Capital Punishment", qui se décrit comme "le plus discret groupe d'adeptes de la fessée de Londres". Un geste remarqué par un internaute qui lance un #FesséeGate, bien que le tweet ne soit rapidement plus "aimé" par le compte de Bernard Cazeneuve. Trop tard, les captures d'écrans tournent partout sur Internet. Rapidement, l'attachée de presse du ministre de l'Intérieur de l'époque fait savoir que celui-ci ne gère pas lui-même son compte Twitter et n'est donc pas à l'origine de cette bourde. Une enquête interne a ensuite été ouverte pour clarifier cette affaire et trouver le coupable. Début décembre, Le Parisien a révélé également que Bernard Cazeneuve se serait trompé de destinataire en envoyant un sms coquin qui ne lui était pas destiné à un ministre.

Stephen Crabb et le scandale des sms

En Angleterre, le membre du parti conservateur Stephen Crabb, connu pour ses positions très religieuses, a été accusé d'hypocrisie, après que des sms envoyés à une femme d'une vingtaine d'année via la messagerie instantanée WhatsApp aient été dévoilés. Le politique de 43 ans y écrivait notamment vouloir l'"embrasser partout" et décrivait de quelle manière il comptait lui faire l'amour. Une histoire qui s'est déroulée en juillet dernier en plein Brexit et qui a fait les choux gras de la presse britannique. L'homme marié et père de deux enfants, mis au placard, a dû quitter le gouvernement.

Joël Guerriau et la photo de pénis

Lundi 19 décembre, le compte du sénateur UDI Joël Guerriau poste : "Une question cruciale posée par @BrunoRetaillea comment mettre en oeuvre une gouvernance sereine après Daesh ?", et y joint la photo d'un pénis plutôt floue mais en très gros plan. Six minutes après seulement, il publie "Inacceptable ! Mon compte vient d'être piraté. Merci à ceux qui m'ont prévenu. - JG".

Mais trop tard, le mal est fait et bien qu'il ait supprimé la photo, les internautes ont, eux, eu le temps de faire des captures d'écran pour la diffuser partout sur Internet. L'élu a annoncé depuis avoir porté plainte.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
9 commentaires - Les dérapages coquins des politiques en 2016
  • avatar
    francaisf -

    Bon à rien , mais ça marche les komerie.

  • avatar
    BonjourChezVous -

    Le PS un repère de bitoniaux pervers pépères.

  • avatar
    archangeforever -

    ils ont rien fait a part leur histoire de Q.
    mais on verra si on les ejectent ou si on revotent pour les memes depuis 25 ans..

  • avatar
    Eredwardsle3 -

    C'est clair qu'entre lui et ses sexto, Sapin qui tir les élastiques des culottes des fille et le gros cons et ses sorties en scooter pour retrouver sa maitresse, y'a pas à dire ... Y'a un sujet qui les travaille !!!

    Domage, on aurait préféré que ce soit l'économie, l'emploi, la sécurité ... Ben nan ... eux c'est le Q ...

  • avatar
    Lepiouf -

    Quand je vois cazeneuve avec sa tête de gros pervers je pleure !! Il peut concourir avec flamby pour le prochain dîner de con !!!