Madame Claude : la plus célèbre proxénète de France est décédée

Madame Claude : la plus célèbre proxénète de France est décédée
Un bordel parisien dans les annés 1930
A lire aussi

Fabien Gallet

Fernande Grudet, plus connue sous le nom de Madame Claude, était l'une des proxénètes les plus connues de France. Elle s'est éteinte à Nice à l'âge de 92 ans, lundi 21 décembre 2015, date de la "Journée mondiale de l'orgasme". Un signe qui ne trompe pas.

Il faut dire que Madame Claude a consacré une grande partie de sa vie au plaisir. Son objectif ? Rendre le "vice joli", comme elle l'expliquait face à Isabelle Morini-Bosc dans le documentaire Les Confessions de Madame Claude, diffusé sur TF1 en 1993. "J'avais essayé et probablement quelque part réussi, à enlever tout ce qu'il y avait de laid dans cette profession". Et pour cause, cette dernière avait un métier des plus particuliers : elle était proxénète.

L'histoire de Fernande Grudet commence en 1923 à Angers dans un milieu modeste. Elle grandit dans les années 30, âge d'or des maisons closes (cf. illustration). Après une scolarité au sein d'institutions catholiques, elle décide de monter à Paris où elle prend le nom de Claude, se prostitue et ouvre à la fin des années 1950 sa propre entreprise de prostitution de luxe au 32 rue Boulainvilliers, dans le 16e arrondissement. Pourant, quelques années plus tôt, en avril 1946, la loi sur la fermeture des maisons closes était votée.

Malgré cela, cette activité a fait de Madame Claude une vraie célébrité dans les années 60 et 70, ce qui n'a pas manqué de faire d'elle la bête noire des autorités françaises. La raison est simple : son réseau de prostitution grâce auquel elle a fait travailler plus de 500 femmes et quelques hommes, n'avait comme clientèle que des hommes politiques, de hauts fonctionnaires, de grands industriels, des hommes fortunés ou des artistes.

Toutefois, avec l'arrivée de Valéry Giscard d'Estaing au pouvoir en 1974, son réseau est démantelé deux ans plus tard et le fisc lui réclame alors 11 millions de francs. Condamnée, elle fuit aux Etats-Unis et ne revient en France qu'en 1985, où elle se voit incarcérée pour quatre mois.

Loin d'elle l'idée d'abandonner la prostitution, Madame Claude tente de monter un nouveau réseau dès sa sortie de prison, sans succès. Le fisc est de nouveau à ses trousses, tandis que la justice la condamne une fois de plus, en 1992, pour proxénétisme aggravé. Après avoir été incarcérée à Fleury-Mérogis, elle retrouve la liberté et s'installe sur la Côte d'Azur pour profiter de sa modeste retraite.

Si elle a dévoilé certains noms de son carnet d'adresses, comme celui de John Kennedy, Fernande Grudet a certainement emporté avec elle bien d'autres secrets, ce lundi 21 décembre 2015. Elle restera néanmoins une figure marquante du proxénétisme. En 1977, le réalisateur d'Emmanuelle, Just Jaeckin, lui consacrait même un film avec Françoise Fabian, Madame Claude, dont la musique était signée Serge Gainsbourg.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU