Madonna accusée de harceler ses voisins

Madonna accusée de harceler ses voisins
Madonna à la soirée Billboard Women à New York, le 9 décembre 2016.

Hélène Demarly

Depuis 2016, la reine de la pop se bat contre ses voisins new-yorkais qui l'empêchent de loger ses proches dans son appartement lorsqu'elle est absente. La Cour suprême de New York vient de se prononcer en sa défaveur.

Madonna possède dans le très chic quartier de l'Upper West Side à New York un appartement d'une valeur de 7,3 millions d'euros. Et depuis 2016, elle se bat pour faire annuler une clause adoptée en 2014 par le syndicat de copropriété de l'immeuble. Cette clause stipule que les propriétaires n'ont plus le droit de faire vivre des tiers dans leur appartement en cas d'absence. Un problème pour la chanteuse, qui passe également beaucoup de temps au Portugal, où elle a acheté une maison, et qui souhaite donc pouvoir laisser ses enfants et son personnel à New York quand elle n'y est pas.

Le juge est intraitable

Mais le juge de la Cour suprême de New York, Gerald Lebovits, a rendu son verdict le 29 juin 2018 : elle ne pourra pas déroger au règlement. Surtout, il a été jusqu'à déclarer que l'interprète de Like a Virgin "harcelait purement et simplement" ses voisins depuis l'adoption de cette clause. Dans son argumentaire, Madonna avait pourtant évoqué le fait qu'étant "artiste, performeuse et chanteuse connue dans le monde entier, elle (était) tout le temps en tournée mondiale", elle se devait de "posséder de nombreuses résidences autour du globe". Cela n'a pas suffit et la justice lui demande désormais de laisser ses voisins tranquilles.

Mais au Portugal aussi, Madonna doit faire face à une nouvelle polémique. À Lisbonne, où elle a posé ses valises depuis 2017, elle bénéficierait, selon plusieurs personnalités politiques, d'un traitement de faveur pour louer un terrain pouvant accueillir jusqu'à 15 véhicules, quand les habitants éprouvent les plus grandes difficultés à trouver une place où garer leur voiture.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU