Michèle Laroque se souvient d'un voyage en Roumanie : "On a essayé de m'enlever"

Chargement en cours
Michèle Laroque lors du 42e Festival du Film Américaine de Deauville, le 3 septembre 2016.
Michèle Laroque lors du 42e Festival du Film Américaine de Deauville, le 3 septembre 2016.
1/2
© Abaca, Julien Reynaud/APS-Medias

Fabien Gallet

Michèle Laroque devrait bien d'être omniprésente en 2017. Face à ce succès qui dure depuis près de trente ans, la comédienne est consciente d'avoir eu de la chance contrairement à sa mère, originaire de Roumanie, pays où elle-même a fait les frais de la dictature.

Samedi 7 janvier 2017, France 2 retransmettra la pièce de théâtre "Elles s'aiment", en direct de l'Opéra de Reims, pour fêter le 20e anniversaire du spectacle "Ils s'aiment" interprété à l'époque par Pierre Palmade et Michèle Laroque. À cette occasion, cette dernière a multipliée les interviews. La comédienne de 56 ans s'est notamment confiée dans les pages du magazine Télé 7 Jours, en kiosque le 3 janvier dernier, et est revenue sur son enfance, elle qui est née d'une mère roumaine.

Désireuse pour 2017 d'être "de plus en plus libre", Michèle Laroque a pris soin d'expliquer que cette envie de liberté lui vient de ses jeunes années. "C'est du boulot ! Le travail d'une vie", a-t-elle admis avant de préciser : "C'est quand on se sent responsable de sa vie que l'on commence à être libre." Cet optimisme à toute épreuve, l'actrice vue dernièrement dans "Camping 3", le doit à son père et sa mère. "J'ai eu des parents extraordinaires. Je m'en rend compte maintenant que je connais davantage la vie", a-t-elle confié. Et de poursuivre : "Ils m'ont donné des points d'appui qui m'aident toujours."

Une famille face à la dictature roumaine

Michèle Laroque a pu s'inspirer de ses parents et de leur côté battant. Il faut dire que l'histoire familiale, notamment du côté de sa mère, a de quoi faire réfléchir. En effet, cette dernière, Doïna Trandabur, une artiste qui a fui la dictature roumaine de Nicolae Ceaușescu, a fait preuve de courage et de persévérance. "Ma mère a été condamnée quand elle s'est échappée, elle n'a pas pu y retourner pendant longtemps", a révélé la comédienne.

L'acolyte de Muriel Robin et de Pierre Palmade a, par ailleurs, précisé avoir elle aussi fait les frais du régime roumain au cours de sa jeunesse. "J'ai moi-même été suivie par la Securitate (la police politique secrète roumaine sous l'ère communiste, ndlr), plus jeune, quand je suis allée voir mon grand-père", a-t-elle expliqué avant de poursuivre : "On a essayé de m'enlever." De quoi lui faire prendre conscience de l'importance et de la chance de pouvoir jouir de la liberté.

La liberté, c'est d'ailleurs l'un des thèmes sous-jacents du spectacle "Elle s'aiment", que présenteront Michèle Laroque et Muriel Robin sur France 2 dans les prochains jours. Et pour cause, les deux comédiennes interprètent un couple homosexuel. De quoi prôner l'ouverture d'esprit !

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
7 commentaires - Michèle Laroque se souvient d'un voyage en Roumanie : "On a essayé de m'enlever"
  • avatar
    royco -

    à part Véolia, qui aurait essayé de l'enlever ?

  • avatar
    bobby60460 -

    Elle est partout Michèle... Attention à la saturation !

  • avatar
    mizan -

    Elle est bonne et en plus elle est bonne

    avatar
    ROYCES73 -

    mais toi, tu es c..

  • avatar
    fred-bear -

    suivie par la securitate, comme nous en france avec des caméras et autres joyeusetés partout, la seule différence entre ces 2 dictatures qu'une est subversive et oblige à accepter l'homosexualité, l'invasion de remplacement etc.....devinez quel pays

  • avatar
    kiki29 -

    TRES TRES BIEN:il faut continuer à défendre TOUTES LES DIFFERENCES.