Miss tatouées : le point sur la polémique

Miss tatouées : le point sur la polémique
Sylvie Tellier à l'avant-première du film "Alliés" au cinéma UGC Normandie à Paris, le 20 novembre 2016.

Hélène Garçon

Tatouées toutes les deux, Miss Martinique et Miss Provence 2017 ont subi un régime différent dans la course à la couronne de Miss France 2018. La première a en effet été disqualifiée, tandis que la seconde reste en lice. Un traitement de faveur dénoncé par le public qui crie à l'injustice.

Depuis quelques jours, le concours Miss France fait face à une vive polémique. En effet, les tatouages étant interdits par le règlement, le comité régional a décidé de retirer sa couronne à Jade Voltigeur, élue Miss Martinique 2017, qui avait en effet camouflé un tattoo avec du fond de teint le jour de l'élection. Or, peu de temps après, Kleofina Pnishi, élue Miss Provence 2017, a conservé sa couronne malgré son tatouage au poignet qu'elle n'a jamais caché.

Face à cette inégalité, les internautes n'ont pas tardé à monter au créneau sur les réseaux sociaux, obligeant Sylvie Tellier, présidente du comité Miss France, à prendre la parole. "On autorise les petits tatouages discrets pour que les jeunes femmes ne soient pas pénalisées au concours Miss France. Dans le cas de Miss Martinique, il s'agissait d'un tatouage assez gros pour qu'il pose problème(...) Pour Miss Provence, son tatouage est tout à fait réglementaire", a-t-elle ainsi expliqué au Parisien.

Le concours Miss Nationale tolère les tatouages

En réponse à la polémique, le comité de Miss Nationale, concurrent de Miss France, a déclaré via un communiqué que leur règlement acceptait dorénavant toutes les jeunes filles tatouées. Une décision qui fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le royaume des Miss, longtemps régi par un règlement très strict.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU