Mort de Lady Di : de nouveaux éléments chocs sur son accident !

Mort de Lady Di : de nouveaux éléments chocs sur son accident !
La princesse Diana et le prince Charles visitent un collège au Royaume-Uni, en 1985.
A lire aussi

Justine Fiordelli

Rebondissements ! Vingt ans après le tragique accident de Lady Diana, qui a perdu la vie sous le pont de l'Alma à Paris, de nouveaux éléments viennent d'être dévoilés. Mais que s'est-il réellement passé ?

Un nouveau livre à paraître aux éditions Grasset mercredi 31 mai 2017, intitulé "Qui a tué Lady Di ?", révèle de nouveaux éléments quant à son accident mortel de la route. Dans cet ouvrage, Pascal Rostain, Bruno Mouron et Jean-Michel Cradec'ch, trois journalistes de Paris Match, dévoilent la vérité sur les circonstances du drame et écartent la théorie d'assassinat. Laquelle était prônée par Mohamed Al-Fayed, le père de Dodi, également mort dans la Mercedes-Benz S280 qui a été percutée par une Fiat Uno blanche.

Le véhicule dans lequel roulait Lady Di était une "épave"

En attendant de pouvoir se procurer le livre en librairie, une courte vidéo diffusée sur le site de l'hebdomadaire nous apporte déjà quelques éléments d'information. Dans celle-ci, Pascal Rostain, photographe à Paris Match, raconte que la Mercedes dans laquelle roulaient Lady Diana, Dodi et leur chauffeur Henri Paul était loin d'être en parfait état. "La révélation qui est incroyable, c'est qu'en fait cette voiture a été remboursée au propriétaire comme épave (...) Donc l'histoire de la voiture est qu'elle avait eue un premier accident très très grave", confie-t-il.

Et de conclure : "Ce n'est pas que un accident, c'est (...) un concours de circonstances. C'est premièrement une voiture dans laquelle elle n'aurait jamais dû rouler parce que c'était une épave ; qu'elle a 14 factures de chez Mercedes en deux ans ; que le chauffeur, Monsieur Paul, on le sait, il n'avait pas son permis de grande remise, il était sous antidépresseurs à très forte dose et qu'il avait 1,64 gramme dans le cornet."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU