Natacha Polony au Grand Journal : "J'y suis allée réticente"

Natacha Polony au Grand Journal : "J'y suis allée réticente"
Natacha Polony

Camille Inglebert

Après France 2 et Canal+, c'est sur Paris Première que Natacha Polony va prochainement officier. À partir du 30 octobre, chaque vendredi à 22h50, elle animera Polonium, le rendez-vous des électrons libres, une émission de débat sans public. Une nouveau challenge pour celle qui a fait ses armes télévisuelles dans deux des plus grosses émissions du PAF ! Des expériences riches dont elle a tiré certaines leçons.

Son passage au Grand Journal, Natacha Polony l'évoque dans les pages du magazine GQ : "J'y suis allée réticente. Déjà, il y a eu trois mois de négociations, je voulais m'assurer par exemple d'avoir le temps de parole nécessaire. Je voulais avoir une liberté totale. Et puis bon, ce n'est pas tout à fait comme ça que ça s'est passé...", explique-t-elle. Et d'ajouter : "Plein de fois, je me suis demandée ce que je foutais là, on peut le dire."

Natacha Polony se souvient notamment d'une émission qui avait Najat Vallaud-Belkacem comme invitée : la ministre était venue présenter sa réforme des collèges. "On peut être en désac­cord avec ce que je dis, mais il faut bien avouer que je suis spécia­liste de l'école, donc je connais­sais le sujet. On reçoit une ministre qui vient parler d'une réforme contes­tée et on a quand même réussi à se débrouiller pour qu'il ne se passe rien sur le plateau. On l'a fait réagir à plein de magné­tos débiles, on a demandé à un autre jour­na­liste que moi de présen­ter la réforme, et quand j'ai enfin voulu rentrer dans le vif du sujet, on m'a fait comprendre que je n'avais plus le temps. Prenez quelqu'un d'autre dans ce cas-là !" s'insurge-t-elle.

C'est avec ces expériences-là derrière elle, que Natacha Polony compte proposer un autre type de programme sur Paris Première. En juin dernier, elle déclarait au Parisien que son nouveau projet "correspond exactement à ce que j'attends d'une émission. Où on a le temps, où on peut aller au fond des choses, mais pas dans une ambiance compassée, universitaire". Le résultat est à découvrir bientôt sur le petit écran.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU