Nicolas Sarkozy a failli dormir sur une chaise en garde à vue

Nicolas Sarkozy a failli dormir sur une chaise en garde à vue
Nicolas Sarkozy à la sortie de l'hôtel Ritz à Paris, le 27 septembre 2017.

Eloïse Goix

Le 21 mars 2018, Nicolas Sarkozy était mis en examen dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale de 2007. À cette occasion, la rédaction de RTL a livré des informations sur les 26 heures de garde à vue de l'ancien chef de l'État.

Nouveau coup de tonnerre dans l'affaire Sarkozy : l'homme politique a été mis en examen au terme de sa garde à vue qui s'est déroulée le 20 mars dans les locaux de l'office anti-corruption de Nanterre. Après 16 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy avait eu l'autorisation des enquêteurs de retrouver les siens le temps d'une nuit, mais tout aurait pu se dérouler différemment d'après les rédacteurs de RTL.

"On prolonge, vous dormirez-là"

Interrogé par les juges, l'ancien président de la République a affirmé vivre "l'enfer de la calomnie". Depuis sa mise en examen, ce dernier tente par tous les moyens de clamer son innocence sur les faits qui lui sont reprochés justifiant le manque de "preuve matérielle". Après des heures d'interrogatoire, les juges lui auraient fait comprendre que sa remise en liberté pour la nuit allait être plus compliquée que prévue. "On prolonge, vous dormirez-là", auraient-ils lancé. Quoiqu'il en soit, le pionnier des Républicains a frôlé la nuit recroquevillé sur sa chaise d'audience.

Probablement bénéficiaire d'un traitement de faveur comme le confirmait un haut-responsable de la police en déclarant : "Ce n'est pas le traitement appliqué au commun des mortels", les juges auraient néanmoins préféré écouter la version de l'avocat de Nicolas Sarkozy, qui les a fait radicalement changer d'avis.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU