Nicolas Sarkozy arrêté par la police alors qu'il roulait à contre-sens

Chargement en cours
Nicolas Sarkozy en train de se promener en vélo pendant ses vacances au Cap Nègre, le 3 août 2013.
Nicolas Sarkozy en train de se promener en vélo pendant ses vacances au Cap Nègre, le 3 août 2013.
1/2
© Abaca

Hélène Garçon

Le code de la route est le même pour tous. Ancien président, ou pas. Nicolas Sarkozy s'en est aperçu à ses dépens le 31 décembre 2016, en se faisant arrêter alors qu'il faisait du vélo dans Saint-Tropez.

Décidément, 2016 n'aura pas été l'année de Nicolas Sarkozy. Après sa défaite à la primaire des Républicains, l'ancien chef d'État a eu un petit différend avec la police de Saint-Tropez le 31 décembre 2016, alors qu'il se promenait comme à son habitude à vélo. Le quotidien régional Nice Matin rapporte, en effet, que l'ex-Président a été arrêté par les forces de l'ordre alors qu'il s'élançait sur une voie à contre-sens, pour remonter le quai du Vieux Port.

Immédiatement, Nicolas Sarkozy, pourtant familier du coin puisqu'il y passe régulièrement ses vacances dans la résidence du Cap Nègre, demeure appartenant à la famille de son épouse Carla Bruni, a été interpellé par un policier tropézien, présent sur place. "Je ne sais pas comment il a pu arriver jusque-là", rapporte le fonctionnaire à Nice Matin. "Je lui ai demandé de façon courtoise de descendre de son vélo et de continuer à pied, ne serait-ce que pour des questions de sécurité. Il m'a répondu qu'il n'y avait aucun souci et il s'est exécuté", a ainsi expliqué le policier.

Nicolas Sarkozy, arrêté comme "n'importe quel autre cycliste"

Pas de traitement de faveur donc pour l'ancien président de la République qui n'aura, heureusement pour lui, aucune contravention à payer en ce début d'année. "Je l'ai arrêté à titre informatif sans idée de PV, comme je l'aurais fait pour n'importe quel autre cycliste", a précisé l'agent qui reconnaît toutefois avoir eu affaire à un client "atypique".

Depuis son éviction aux primaires de la droite face à Alain Juppé et François Fillon, Nicolas Sarkozy tente, tant bien que mal, de faire profil bas en se consacrant à ses "passions privées" plutôt qu'à ses "passions publiques", ainsi qu'il l'avait déclaré lors de son discours annonçant son retrait de la vie politique, le 20 novembre 2016.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU