Pamela Anderson : ses premières fois n'ont pas été "consenties"

Pamela Anderson : ses premières fois n'ont pas été "consenties"
Pamela Anderson à la soirée Global Gift au musée Thyssen à Madrid, le 22 mars 2018.

Fabien Gallet

Dans une interview accordée au site du magazine américain US Weekly, l'ancienne star de la série "Alerte à Malibu" a fait de tristes révélations sur sa jeunesse.

Ce mardi 3 avril 2018, Pamela Anderson est revenue sur une période très difficile de sa vie avec le magazine US Weekly : une jeunesse marquée par les coups et les coups bas. Après avoir révélé avoir reçu des avances osées de Sylvester Stallone il y a plusieurs années, l'actuelle compagne du footballeur Adil Rami a été plus loin dans les confidences. "J'ai été battue par une de mes babysitters qui n'est plus en vie aujourd'hui", a-t-elle d'abord confié avant de révéler : "Mes premières expériences avec les hommes n'étaient pas des relations consenties."

"Playboy m'a réellement sauvé la vie"

Ces agressions, Pamela Anderson a pu y faire face grâce au célèbre magazine pour lequel elle a posé dès la fin des années 1980. "J'étais d'une timidité maladive quand j'étais enfant. En tant que jeune femme, Playboy m'a donné confiance en moi. Cela m'a réellement sauvé la vie", a-t-elle avoué avant de poursuivre : "Je me sentais prisonnière de moi-même et j'avais besoin de me libérer. Cela a été un changement radical pour moi, et j'ai rencontré des artistes, des activistes, des gentlemen. Cela a été une vie amusante et sauvage."

Aujourd'hui comblée à tous les niveaux, l'ex-playmate n'oublie pas pour autant le calvaire qu'elle a vécu. "Nous vivons tous différentes tragédies dans nos vies. Nous devons simplement nous en rappeler et être bons les uns avec les autres", a-t-elle argué avant de conclure : "J'encourage chacun à être courageux et à sortir de sa zone de confort. C'est un tremplin vers l'inconnu. Et quand on peut faire ça, on peut réellement vivre." Belle leçon de vie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU