Philippe Candeloro : "J'ai de quoi vivre deux ou trois ans"

Chargement en cours
Portrait de Philippe Candeloro réalisé à Paris, le 17 décembre 2015.
Portrait de Philippe Candeloro réalisé à Paris, le 17 décembre 2015.
1/2
© BestImage, Cédric Perrin

Fabien Gallet

Que les fans de l'ancien champion de patinage artistique se rassurent, Philippe Candeloro n'est pas souffrant. Son principal sujet d'inquiétude n'est pas sa santé mais plutôt sa situation financière pour les années à venir.

Alors qu'il a rechaussé ses patins pour glisser sur la glace du Grand Rex, à Paris, dans le cadre du spectacle "Le lac des cygnes", Philippe Candeloro a répondu aux questions du magazine Voici. Interrogé sur son actualité bouillonnante, le médaillé olympique de 1998 en a profité pour parler de son éventuelle reconversion.

En effet, l'ancien sportif compte mettre un terme à sa carrière dans un futur proche. "J'ai 44 ans, j'arrêterai la glace à 50 ans", a assuré celui qui a déjà plusieurs cordes à son arc, notamment en tant que commentateur sportif au côté de Nelson Monfort. "Physiquement, je fatigue", a-t-il d'ailleurs précisé avant de s'expliquer : "Je ne peux plus répéter six heures par jour comme avant. Après 40 ans, les capacités diminuent, à moins d'être chargé à bloc."

"Tu te saignes toute ta vie et on te prend tout"

Si Philippe Candeloro souhaite prendre du recul et diminuer le rythme des représentations au cours des quatre prochaines années, il va devoir faire face à des conséquences financières qui semblent lui déplaire. Ainsi, quand le magazine Voici lui demande s'il a mis de l'argent de côté "pour après", ce dernier répond en toute franchise : "J'ai de quoi vivre deux ou trois ans. Pas plus." Et le patineur artistique de s'exprimer avec un point de vue tranché sur ce sujet : "Avec tout ce que le gouvernement te taxe, c'est de la folie ! Tu te saignes toute ta vie et on te prend tout."

"Le social, aider les gens, c'est bien, mais moi, si demain j'ai besoin d'aide, on ne me donnera rien", s'attriste-t-il également. "Alors je bosse, je ne compte que sur moi", ajoute l'ancien sportif de haut niveau.

Heureusement, Philippe Candeloro a pris les devants, notamment après un élément déclencheur : l'accident mortel survenu sur le tournage de l'émission Dropped en mars 2015. "Ce qui a changé, c'est que j'ai organisé mes affaires. Parce qu'outre le chagrin, si j'étais mort, j'aurais laissé à Olivia (ndlr sa femme) et aux filles un sacré bordel administratif ! Là, s'il m'arrive quelque chose, tout est en ordre, et l'État ne pourra pas tout me piquer...", se satisfait-il avec une pointe d'humour.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
399 commentaires - Philippe Candeloro : "J'ai de quoi vivre deux ou trois ans"
  • avatar
    justice73 -

    oh le pauvre mais quel malheureux dis nous ou tu as mis tout le pognon que tu as gagné on va "presque" le plaindre .

  • avatar
    ricky76 -

    moi j'ai 50 ans j'ai de quoi vivre 10 jours

  • avatar
    christ5803 -

    Candeloro j'ai moi juste de quoi vivre 15 jours.

  • avatar
    irit -

    un bon client pour les journalistes manipulable a souhait

  • avatar
    julien4040 -

    Pauvre garçon encore un réac... Qui paye l'école, la sécu; l'hôpital et le reste pour sa petite famille
    lui et nous, que l'état en prenne c'est normal, à lui de gérer son fric quand il en a eu ils sont tous pareils ... La faute de l'autre ...