Pierre Ménès : "Je suis un gros qui n'aime pas les gros"

Pierre Ménès : "Je suis un gros qui n'aime pas les gros"
Pierre Ménès

Camille Inglebert

Après des soucis de santé ayant nécessité une hospitalisation, Pierre Ménès avait tweeté une photo de lui amaigri le 16 juillet dernier. Aujourd'hui, il en a dit plus sur son physique et la perception qu'il a de lui-même, au micro de Cyprien Cini sur RTL.

Au sujet de ses débuts comme journaliste sportif, il confie : "Quand j'étais à L'Equipe, quand j'ar­ri­vais dans les stades, au bout de la deuxième ou troi­sième fois, les joueurs recon­nais­saient le gros de L'Equipe. À la télé, pas tant que ça. Je détes­te­rais être le gros de service. Je n'ai jamais été consi­déré comme tel".

Aujourd'hui encore, Pierre Ménès n'aime pas son image, qu'il trouve "dégueu­lasse". "Le problème c'est que je suis un gros qui n'aime pas les gros", révèle-t-il. Et d'ajouter : "Je ne trouve pas ça joli. Après, je fais la diffé­rence entre les gros qui sont gros parce qu'ils bouffent n'im­porte quoi, qui ne font pas atten­tion à eux-mêmes, et les gens pour qui ça peut être une vraie mala­die. Là, j'ai plus d'in­dul­gence".

Le journaliste, qui a perdu du poids récemment, explique les raisons de son amaigrissement : "Sur les cinq dernières années j'ai perdu une tren­taine de kilos. Parce que j'ai fait atten­tion, parce qu'à l'au­tomne dernier, j'ai été malade. J'ai fait une petite hépa­tite qui m'a fait perdre 13 kilos en trois semaines. Bon, je ne dirais pas que je suis devenu svelte, je dirais - plutôt - que mon image, pour moi, est plus suppor­table qu'elle ne l'était".

S'il lui reste encore "une quin­zaine de kilos" à perdre pour atteindre son objectif, Pierre Ménès ne veut surtout pas être le porte-parole des personnes en surpoids : "Il m'est arrivé dans ma carrière, depuis que je suis connu, qu'on me pose des ques­tions par rapport à ça, par rapport à des campagnes. Moi je suis porte-parole de rien du tout. Je ne suis pas le porte-éten­dard avec Laurence Bocco­lini des gros qui ont réussi dans le PAF. J'en ai rien à foutre de ça. C'est pas une cara­pace, c'est pas une fierté, c'est pas non plus une tare".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU