Pierre Ménès : ses confidences sur sa double greffe

Pierre Ménès : ses confidences sur sa double greffe
Pierre Ménès au match de boxe "La Conquête" Acte 4 opposant Tony Yoka à Cyril Léonet au Palais des Sports de Paris, le 7 avril 2018.

Émilie Nougué

Dans une interview accordée au Parisien, en kiosque ce vendredi 13 avril 2018, l'ancien journaliste sportif revient sur cette intervention qui lui a sauvé la vie.

Pierre Ménès était atteint d'une cirrhose Nash, appelée aussi maladie du soda ou maladie du foie gras humain. Causée par l'obésité, l'hypertension et un diabète de type II mal maîtrisé, cette pathologie a failli lui coûter la vie. Dans "Deuxième mi-temps", ouvrage publié le 29 mars 2017, il racontait sa progressive descente aux enfers et la façon dont une greffe du foie et du rein lui a permis de retrouver la santé in extremis, en décembre 2016.

Retrouver une vie normale

Cette double greffe, "c'était le premier jour du reste de ma vie", révèle Pierre Ménès au Parisien. Depuis, il se sent "mieux", même s'il a dû subir "une intervention en janvier, conséquence fréquente de la greffe". "On m'avait dit que ce serait douloureux. Ça n'a pas été le cas. J'ai tellement souffert lorsque j'étais malade que je crois que je suis devenu plus résistant que la moyenne", déclare le consultant sportif, qui a passé des mois couché ou en fauteuil roulant.

Aujourd'hui, il a changé ses habitudes alimentaires ("J'ai surtout réduit les quantité") pour ne plus peser 135 kilos comme c'était le cas avant sa maladie. Il commence doucement à retrouver une vie normale, même s'il a "encore beaucoup de mal à marcher longtemps". "Mais je ne désespère pas de reprendre un jour le tennis pour retrouver plus de tonicité", confie-t-il. Pierre Ménès vient également de créer une ligne de t-shirts dont les bénéfices serviront à financer la recherche contre la cirrhose Nash.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU