Pour Bernard Tapie, François Hollande a joué un rôle dans sa maladie

Pour Bernard Tapie, François Hollande a joué un rôle dans sa maladie
Bernard Tapie sur le plateau de Vivement Dimanche à Paris, le 15 septembre 2010.
A lire aussi

Fabien Gallet

Touché par un cancer depuis plusieurs mois, l'ex-président de l'Olympique de Marseille s'est confié sur sa maladie au cours d'un entretien paru ce lundi 26 mars 2018 sur le site Internet du journal Le Figaro.

L'ex-figure politique de 74 ans se bat contre un "cancer de l'estomac avec extension sur le bas de l'oesophage", comme le révélait fin septembre 2017 sa femme Dominique. Pas de quoi l'empêcher de se battre ou de lui miner le moral. Bernard Tapie a donné de ses nouvelles au Figaro. "Je commence une nouvelle séquence de chimiothérapie ce mardi après-midi (le 27 mars 2018, ndlr). Je résiste", a-t-il confié avant d'aborder son combat judiciaire dans le cadre du litige qui l'oppose au Crédit lyonnais et sa condamnation courant 2017 l'obligeant à rembourser à l'État 404 millions d'euros.

Une dent contre Hollande

Une condamnation que Bernard Tapie doit selon ses propres mots au successeur de Nicolas Sarkozy. "François Hollande a voulu ériger cette affaire en symbole de son entre­prise de démo­li­tion de l'action de son prédé­ces­seur (et) a souhaité déplacer le débat pour que l'affaire Crédit lyonnais-Tapie devienne une affaire entre, d'un côté, l'État, au-dessus de tout soupçon, et de l'autre, Tapie-Sarkozy", a-t-il expliqué avant d'ajouter : "Sous-entendu : chers Français, ces deux-là vous ont trompés. L'escroc, c'est pourtant bien le Crédit lyonnais."

Puis, lorsque Le Figaro lui demande s'il a "revu François Hollande récemment", l'ex-politique répond par la positive : "Une fois." Et de poursuivre : "Il m'a souhaité un prompt rétablissement. Je lui ai répondu qu'il n'était pas complètement étranger à ma maladie."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU