Quand Bouvard prenait Jean-Marie Bigard "pour une merde" à ses débuts

Quand Bouvard prenait Jean-Marie Bigard "pour une merde" à ses débuts
Jean-Marie Bigard lors d'un spectacle de Michel Leeb au Casino de Paris, le 14 décembre 2017.

Fabien Gallet

Avant de s'imposer sur les plus grandes scènes de France, l'humoriste a connu des débuts difficiles. Dans les années 1980, il s'est frotté à un certain Philippe Bouvard et s'en souvient très bien.

En tournée avec son 10e one-man show baptisé "Nous les femmes", Jean-Marie Bigard s'est exprimé sur ses débuts auprès du journal L'Union. L'occasion de revenir sur sa rencontre avec Philippe Bouvard dont il a croisé la route dans les années 1980 alors qu'il tentait de faire carrière. L'humoriste s'était rendu à Paris en compagnie de son ami Tex pour tenter de se faire connaître en participant à l'émission télévisée Le Petit Théâtre sur Antenne 2. Problème, le présentateur ne croyait pas en lui.

"Je ne rentre pas dans les cases"

"Bouvard m'a pris pour une merde avec son petit théâtre", a raconté Jean-Marie Bigard. Philippe Bouvard a en effet refusé pendant longtemps ses sketchs et préférait son acolyte Tex, ce qu'il expliquait notamment dans son livre "Rire pour ne pas mourir" en 2007. Pas de quoi décourager l'humoriste qui reste aujourd'hui conscient de ne pas plaire aux "intellos bien-pensants". "Ça me plaît de les énerver parce que je ne rentre pas dans les cases", a-t-il expliqué avant de préciser : "J'ai bossé avec Les Nuls, pour leur sketch peut-être le plus connu, celui de Tonyglandyl, et ça, ça énerve encore plus les intellos."

"Ce ne sont ni les plus grands, ni les plus forts qui gagnent, ce sont ceux qui ne s'arrêtent jamais", confiait l'époux de Lola Marois sur Europe 1 en 2017. Cette devise lui permettra de devenir l'une des figures incontournables de l'humour francophone. Une belle revanche pour celui qui a rejoint en 2017 l'équipe des Grosses Têtes, l'émission animée sur RTL par Laurent Ruquier, auparavant présentée par... Philippe Bouvard !

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU