Quand Claude François menaçait de mort son habilleuse

Quand Claude François menaçait de mort son habilleuse
Claude François immortalisé sur scène.

Fabien Gallet

Dans l'émission Ça commence aujourd'hui sur le thème "Caprices, secrets, folies : leur vie dans l'ombre d'une star" ce mercredi 4 avril 2018, l'ancienne habilleuse du chanteur disparu en mars 1978 a levé le voile sur le côté sombre de ce dernier.

Quarante ans après la mort de celui qui fut son patron, Sylvie Mathurin se souvient encore de ses sautes d'humeur. Sur le plateau de Ça commence aujourd'hui animée par Faustine Bollaert sur France 2, l'ex-habilleuse de Claude François a partagé l'une des notes de service envoyées par l'interprète de Chanson populaire sur laquelle était écrit : "Je ne veux plus une seule paire de chaussures personnelles ou encore une paire de chaussures de scène ou autre sans formes de chaussures. J'en ai marre. Est-ce clair ?"

"C'est du harcèlement !"

Claude François, en vrai perfectionniste, ne s'arrêtait pas là pour faire entendre son mécontentement. Il n'hésitait pas à proférer des menaces écrites à l'image de ce passage lu par Faustine Bollaert : "Si je vois une chaussure où il manque une forme je te tue et je te vide !" Une phrase qui a ulcéré l'ex-animatrice du Meilleur Pâtissier (M6) laquelle n'a pas hésité à réagir, malgré les propos de son invitée ("Vous voyez je suis toujours là !") : "Vous savez qu'aujourd'hui un patron parlerait comme ça à une des ses employées, il irait aux prud'hommes ! C'est du harcèlement!"

Intriguée par l'opinion de Sylvie Mathurin, Faustine Bollaert a alors ajouté : "Mais vous riiez à l'époque ? Parce que moi je reçois ça, je ne ris pas." La principale intéressée a alors pris la défense de son ancien patron : "C'était sur le coup mais le lendemain il vous croisait c'était au 4e degré."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU