Quand les hommes politiques recadrent les plus jeunes

Quand les hommes politiques recadrent les plus jeunes
Emmanuel Macron reçu par Vladimir Poutine au palais Constantin à Saint-Petersbourg, le 24 mai 2018.

Hélène Demarly

Lundi 18 juin 2018, Emmanuel Macron a remis en place un collégien. Une vidéo qui en rappelle d'autres où les politiques ont recadré des enfants ou des adolescents.

Lors d'une cérémonie de commémoration du 18 juin au Mont Valérien, un adolescent s'est amusé à interpeller Emmanuel Macron avec un : "Ça va Manu ?", après avoir fredonné les paroles de L'Internationale. Le chef de l'État l'a alors immédiatement repris : "Tu es là dans une cérémonie officielle. Tu te comportes comme il faut. Tu peux faire l'imbécile. Mais aujourd'hui c'est la 'Marseillaise', et le 'Chant des Partisans'. Tu m'appelles 'Monsieur le président de la République' ou 'Monsieur'", avant d'évoquer le Brevet des collèges, que le jeune homme passe la semaine prochaine.

La gifle qui a relancé Bayrou

En avril 2002, François Bayrou, alors candidat à l'élection présidentielle est en visite dans un quartier défavorisé de Strasbourg. Il tente de discuter avec les jeunes de la cité et sent d'un coup qu'un garçon d'une dizaine d'années lui fait les poches. Il lui assène alors une gifle. Cette scène filmée et reprise dans tous les médias permettra au candidat UDF de relancer sa campagne, avant d'échouer au premier tour de la présidentielle.

Mélenchon et les enfants turbulents

En 2017, Quotidien filme, lors de la campagne des législatives, le leader de la France Insoumise lors d'un bain de foule avec des enfants un peu trop contents de le rencontrer. Visiblement agacé, Jean-Luc Mélenchon leur lance alors : "Arrêtez. Calmez-vous. Vous passez pour des barbares, après. Ils vous filment et après on passe pour des sauvages. Donc vous arrêtez ça, parce que vos parents ne seraient pas contents de vous voir faire ça. D'accord ? Tout le monde à la maison maintenant ! Allez, à la maison !"

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU