Qui sont les femmes des finalistes de la primaire de la droite ?

Chargement en cours
Francois Fillon et sa femme Pénélope Fillon lors d'un dîner d'État organisé à l''Élysée à Paris, le 26 janvier 2012.
Francois Fillon et sa femme Pénélope Fillon lors d'un dîner d'État organisé à l''Élysée à Paris, le 26 janvier 2012.
1/2
© Abaca, Mousse

Fabien Gallet

François Fillon et Alain Juppé font les gros titres depuis que les résultats du premier tour de la primaire de la droite et du centre sont tombés, dimanche 20 novembre 2016. Leurs femmes, Pénélope et Isabelle, font bien moins parler d'elles, mais suscitent tout de même un grand intérêt.

Dimanche 27 novembre 2016, François Fillon et Alain Juppé seront en lice lors du second tour de la primaire de la droite et du centre. Si à la suite du premier tour, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a récolté pas moins de 41% soit près de 13% de plus que le maire de Bordeaux, rien n'est encore joué. Heureusement, dans cette période de stress ponctuée par le futur débat prévu jeudi 24 novembre prochain, les deux candidats peuvent compter sur des soutiens de taille : leurs femmes respectives.

Pénélope Fillon : une discrétion aux accents britanniques

Grand vainqueur du premier tour de la primaire de la droite, François Fillon est lancé à plein régime dans la course à l'élection présidentielle. À ses côtés, Pénélope Fillon, 60 ans, semble prête à soutenir son mari jusqu'au bout. "Je suis depuis trente-cinq ans dans l'ombre, mais là l'enjeu est différent. C'est la première fois que François est candidat à la présidence de la République", confiait-elle récemment au cours d'une conférence de presse. Une prise de parole quasi inédite pour cette femme de 60 ans, qui s'est toujours montrée discrète.

Rencontrée à la Sorbonne, à la fin des années 1970, Penelope Kathryn Clarke qui, comme François Fillon étudie le droit, devient très vite son "socle" et son "port d'attache" comme l'indique Paris Match. Ils se marient en juin 1980 au Pays de Galles, deviennent parents à cinq reprises, puis trois fois grands-parents. Une maternité qui contraint "Penny" à mettre fin à son rêve de devenir avocate. Longtemps, cette dernière, qui ne considère pas la politique comme son "habitat naturel", a dû faire bonne figure lors des dîners et autres représentations officielles.

Mais aujourd'hui, les choses ont changé. Preuve en est, depuis 2014, elle est conseillère municipale à Solesmes, dans la Sarthe. "Je ne me projette pas. Quand j'ai épousé François, il y a trente-cinq ans, je n'imaginais pas être la femme d'un Premier ministre français. Mais, par tempérament, je m'adapte", confiait à Paris Match celle qui oeuvre pour l'égalité hommes-femmes. Un combat qu'elle serait prête à mener si elle devait rejoindre l'Élysée.

Isabelle Juppé : un pilier dans l'ombre de son mari

Après avoir été plusieurs années en couple avec Christine Leblond qui lui donnera deux enfants, Alain Juppé fait la rencontre d'Isabelle Bodin, alors enceinte de son deuxième enfant, à la fin des années 1980, au cours d'un meeting de Jacques Chirac. Un vrai coup de foudre à en croire l'homme de droite, qui évoquait dans son livre "Je ne mangerai plus de cerises en hiver", paru en 2008, leur "premier baiser léger comme une plume".

"L'histoire n'aurait pu être qu'une amourette de congrès, un homme politique dans sa quarantaine cherchent à se 'taper' une minette journaliste de 15 ans sa cadette", écrivait-il. Pourtant, ce fut l'inverse. L'histoire d'amour se poursuit et aujourd'hui, le maire de Bordeaux est on ne peut plus clair : "Isabelle m'est indispensable." "Sans elle, ma vie ne serait pas ce qu'elle est", confiait-il à Gala. Fruit de leur amour et de leur mariage en 1993, leur fille Clara, voit le jour alors qu'Alain Juppé est Premier ministre.

De son côté, Isabelle Juppé a toujours suivi l'évolution de son époux. Après avoir mis fin à sa carrière de journaliste (La Croix, Matin de Paris...), elle devient écrivain dans les années 1990. Après un exil familial au Canada suite à la condamnation d'Alain Juppé dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, elle devient directrice du développement durable au sein du groupe Lagardère, à son retour en France, tandis que son mari retrouve son poste de maire de Bordeaux.

Isabelle Juppé s'avère être l'un des soutiens les plus précieux de l'ancien ministre. "Isabelle sera à mes côtés durant cette bataille. J'ai besoin d'elle", confiait récemment le Républicain à son entourage selon Le Point. Elle reste toutefois en retrait. "C'est aussi dans ma nature d'être discrète et de me protéger. Sans doute, le fait d'avoir été journaliste m'encourage à me préserver", confiait Isabelle Juppé à Madame Figaro avant d'admettre être heureuse de sa vie de couple : "Alain dans la lumière, moi dans l'ombre."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU