Reprises zouk des chansons de Johnny : Eve Angeli menacée de mort

Reprises zouk des chansons de Johnny : Eve Angeli menacée de mort
Eve Angeli dans la pièce "Le Clan des Divorcées" au Palace à Paris, le 8 avril 2009.

Fabien Gallet

Depuis qu'ils ont annoncé vouloir reprendre des tubes du Taulier "version soleil" il y a quelques semaines, Eve Angeli et Francky Vincent sont confrontés à la colère des fans du chanteur disparu le 5 décembre 2017.

En janvier dernier, Francky Vincent avouait sur RMC travailler sur des reprises de Johnny Hallyday avec Eve Angeli : "On devrait interpréter une ou deux chansons (...) comme Tennessee et Que je t'aime. Ça reste doux, ça reste souple." Un projet sur lequel la chanteuse de 37 ans est revenue avec Télé-Loisirs mercredi 21 février 2018. "Francky m'a dit 'J'ai envie de m'y frotter' parce qu'il est très courageux, il est espiègle. J'ai suivi Francky (...) j'essaye mais que deux/trois chansons", a-t-elle d'abord rappelé.

"On va aller la tuer"

Mais, depuis l'annonce de ce projet, la principale intéressée doit faire face à de vives critiques, et même parfois pire. Selon elle, "les médias ont tout mélangé", faisant croire à un "album entier consacré à Johnny, version zouk", ce qui a passablement révolté les fans du chanteur. "Du coup comme j'ai reçu des insultes, des menaces de mort, j'ai préféré laisser tomber", a révélé Eve Angeli avant de préciser : "Des gens donnaient mon adresse, des gens disaient 'On va aller la tuer' et me traitaient de nom d'oiseaux (...). C'était surtout des fans femmes qui disaient 'Ne touche pas à Johnny.'"

Les reprises zouk des tubes de Johnny Hallyday ne devraient donc pas voir le jour. Ce qui n'empêche pas Eve Angeli d'avoir un avis sur l'affaire de l'héritage qui oppose les enfants de la star à sa veuve, Laeticia. "Je trouve qu'elle s'en prend aussi beaucoup dans la tête. (...) J'ai trouvé qu'elle était victime elle aussi de méchancetés gratuites du jour au lendemain", a-t-elle déclaré avant de conclure : "On ne lave pas son linge sale en public."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU