Serge Gainsbourg : ce jour où il a exigé des poupées gonflables

Serge Gainsbourg : ce jour où il a exigé des poupées gonflables
Serge Gainsbourg pose chez lui, rue de Verneuil à Paris.

Fabien Gallet

C'est d'un Serge Gainsbourg en pleine inspiration déjantée dont s'est souvenue Caroline Loeb dans les pages du magazine Paris Match, en kiosque le 22 mars 2018. La preuve avec cette anecdote un brin gonflée.

L'interprète du tube C'est la ouate a eu la chance de rencontrer Serge Gainsbourg au début des années 1980. Pour ce dernier, elle a joué les stylistes et a été missionnée de trouver des accessoires... particuliers. "Je débarque chez lui, au 5 bis rue de Verneuil. Serge Gainsbourg se tient devant moi, adorable et timide (...). Et le voilà qui me propose un cocktail bull shot à 10 heures du matin", se souvient Caroline Loeb avant de préciser : "Je dois lui trouver un petit lit en fer forgé et des poupées. Ni de cire ni de son. Gonflables. Pour le livre de photos qu'il prépare avec Bambou."

Un "coup de foudre" pour Simone

Armée de son Polaroïd, la future chanteuse est prête à relever le défi : "J'ai bien réussi à dénicher un costume de King Kong à Londres pour Mondino ! Cela ne devrait pas être sorcier." Pourtant ses recherches ne vont pas s'avérer si faciles. "La tête des vendeurs des sex-shops quand je dégaine mon appareil photo ! Qui est cette perverse ? Le hic, c'est que les fameuses poupées... ne sont pas gonflées. Pliées dans leur boîte, elles attendent, la bouche béante, avec leur tête déprimante", se remémore Caroline Loeb. L'artiste non plus n'est pas séduit mais la jeune femme ne baisse pas les bras.

Fort heureusement, Caroline Loeb finit par tomber "sur la perle rare" : "une poupée moulée dans une matière plus présentable que ses cousines sous boîte. Nul besoin de souffler dedans pour qu'elle se déplie. Elle est prénommée Simone." Avec Simone, c'est le "coup de foudre pour Serge" qui commande "une demi-douzaine" de poupées... puis met "gentiment à la porte" sa sauveuse le jour du shooting. Gonflé le Gainsbourg !

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU