Si Mimie Mathy voulait adopter, elle le ferait "à l'autre bout du monde"

Si Mimie Mathy voulait adopter, elle le ferait "à l'autre bout du monde"
Mimie Mathy au 9e Festival du Film Francophone d'Angoulême, le 26 août 2016.

Jessica Rat

Alors que les téléspectateurs auront droit à un double épisode de "Joséphine, ange gardien", ce mardi 29 août 2017 sur TF1, l'actrice a accordé un entretien intime à TV Magazine.

Fraîchement rentrée de vacances, "très familiales et très amoureuses", Mimie Mathy ne chôme pas. Auprès du magazine télévisé LeFigaro, elle raconte son retour sur les plateaux de tournage. D'une part pour un téléfilm de la collection "Meurtres à..." sur France 3, d'autre part pour son fameux feuilleton à succès. "D'ici la fin de l'année, j'aurai tourné deux 'Joséphine'", précise-t-elle, alors que "trois autres sont en cours d'écriture pour 2018". En attendant, les téléspectateurs la retrouveront ce soir pour une séance spéciale avec un double épisode de "Joséphine, ange gardien", intitulé "T'es ki toi ?".

"Une famille très soudée"

L'intrigue ? Une adolescente dyslexique déjà mal dans sa peau voit sa vie bousculée lorsqu'elle apprend qu'elle a été adoptée. À ce sujet, Mimie Mathy confie à TV Magazine qu'elle-même n'a jamais songé à l'adoption. Elle qui ne pouvait déjà plus avoir d'enfant lorsqu'elle a trouvé l'homme de sa vie... Mais l'interprète de Joséphine n'a pas de regrets. "Dans ma corbeille de mariage, j'avais les quatre enfants de Benoît. Nous formons une famille très soudée et j'ai déjà quatre petits-enfants. Je suis comblée", assure-t-elle.

Cela ne l'empêche toutefois pas d'avoir un avis sur le système d'adoption français. "Si j'avais choisi d'adopter un enfant, j'aurais été le chercher à l'autre bout du monde", déclare en effet Mimie Mathy. Et d'estimer : "Adopter en France est beaucoup trop compliqué."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU