Stéphane Bern : inquiet pour l'un de ses fidèles compagnons

Stéphane Bern : inquiet pour l'un de ses fidèles compagnons
Stéphane Bern
A lire aussi

Fabien Gallet

Kate et William, Taylor Swift, Hugh Jackman, Tom Hardy... Nombreuses sont les stars qui ne se sépareraient pour rien au monde de leurs animaux de compagnie. En France, une autre célébrité est dans le même cas. Raté, ce n'est pas Brigitte Bardot dont nous parlons, même si cette dernière oeuvre depuis plusieurs années grâce à sa Fondation pour la défense des droits des animaux, mais de Stéphane Bern. En effet, ce dernier est un véritable amoureux des bêtes. Il est d'ailleurs très proche de ses deux chiens, comme il l'explique dans les pages du magazine Télé Poche, dont il fait la couverture du numéro en kiosques le 28 décembre 2015.

"Il faut protéger les animaux". Tel est le message que souhaite faire passer le présentateur de Comment ça va bien!. En compagnie d'Élodie Gossuin et de Natacha Harry, présidente bénévole de la SPA, Stéphane Bern présentera ce samedi 2 janvier 2016 sur France 2 un prime exceptionnel dédié aux 170 ans de la SPA, Les Plus Belles Histoires. Seront conviées sur le plateau de l'émission de nombreuses stars, de Marina Kaye à Patrick Fiori, en passant par Amanda Lear, Philippe Geluck ou encore Véronique Jannot et l'ancienne Miss France, Delphine Wespiser... Accompagnés par leurs propres animaux de compagnie.

De son côté, Stéphane Bern n'est pas en reste. Lui-même possède deux teckels. Malheureusement, l'un d'eux, Virgule, 12 ans, est malade. "Elle n'est pas vraiment en forme, elle a fait un AVC, confie l'animateur que l'on retrouve également à la radio sur RTL dans l'émission A la bonne heure !. C'est une bonne fille, un bon petit soldat qui ne se plaint pas alors qu'elle n'a pas la vie facile", poursuit-t-il. Mais si son chien venait à disparaître, son deuxième teckel, Dash, 7 ans, ne supporterait pas la solitude : "Il ne pourrait pas rester seul. Je prendrais une autre chienne...", conclut-il.

Il faut dire que le présentateur, avec son planning surchargé doit souvent s'absenter. Mais ce dernier reste dévoué à ses fidèles compagnons et prêt à faire des concessions. "Je calcule le nombre d'heures où je suis absent, pour qu'ils ne restent pas seuls trop longtemps, avoue-t-il. Une fois, j'ai même écourté un week-end car mes chiens me manquaient trop." Et de conclure : "Je l'avoue, je vis pour mes chiens !".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU