Thomas Pesquet : dans l'espace, sa compagne lui manque

Chargement en cours
Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale, le 30 décembre 2016.
Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale, le 30 décembre 2016.
1/3
© Abaca, ESA via Balkis

Hélène Demarly

À bord de la Station spatiale internationale (ISS) depuis novembre 2016, l'astronaute français s'apprête à réaliser sa première sortie dans l'espace ce vendredi 13 janvier 2017 à 13h. Mais avant ça, il s'est confié au micro d'Europe 1 et a notamment évoqué sa compagne Anne, son plus fidèle soutien.

Cela fait déjà deux mois que Thomas Pesquet vit à bord de l'ISS. Interviewé par Thomas Sotto sur Europe 1, la veille de sa très attendue sortie, l'astronaute s'est livré à quelques confidences :"Ce qui me manque le plus, clairement, ce sont mes proches, ma compagne". Heureusement, même à plus de 400 km de la Terre, il "arrive à rester en contact, au téléphone ou par e-mail". Ce qui lui manque aussi ? "Être un peu dehors, de faire des sports de plein air, d'aller en montagne, en mer (...) de skier !". "J'observe beaucoup les Alpes (...), ça me donne aussi envie d'être sur les pistes comme peut-être pas mal de gens en ce moment", explique celui qui passe beaucoup de temps à observer la Terre depuis la station. Mais il ne perd rien de son optimisme : "À part ça, la vie est agréable dans la station spatiale".

Sa première sortie dans l'espace : "magique"

Vendredi 13 janvier 2017 à 13h, le Normand de 38 ans va effectuer sa première sortie dans le vide spatial pour des opérations de maintenances et de modernisation sur l'ISS. Une "expérience de vol ultime" qu'il décrit comme "magique" et "comme un saut en parachute qui ne s'arrête jamais". Et pour pour cela, rien n'est laissé au hasard. Cette sortie dans l'espace demande 7 heures de préparation. Aussi bien sur le plan physique - les astronautes doivent faire du sport sous oxygène avant pour chasser l'azote dans le sang - que logistique, puisqu'ils doivent préparer tout leur matériel et s'habiller de nombreuses couches de vêtements, comme notamment d'une combinaison faite de tubes plastiques qui contiennent de l'eau, pour refroidir le corps. La température dans le scaphandre peut, en effet, monter jusqu'à 100°c.

Une fois tout l'équipement installé, Thomas Pesquet découvrira alors l'expérience du vide dans l'espace. Tout au long de cette opération minutieusement préparée qui durera six heures, il sera totalement dépendant de son scaphandre de plus de 100 kilos.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Thomas Pesquet : dans l'espace, sa compagne lui manque
  • avatar
    jade19 -

    dimanche matin vers 7h j'ai vu passer ISS au -dessus de ma ville , gros point lumineux avançant assez vite, j'ai pense a EUX la -haut ...

  • avatar
    Samsuphy54 -

    vraiemment emotionel , pour moi , qui ais 74 ans , encore un grand bravo , et , courage !!!! le soir , il m'arrive de voir la lune et , je me dis , ( on ne voit personne !!! )

  • avatar
    frandiv75 -

    quel courage!! il ne faut pas avoir peur et ne pas avoir le vertige!!

    c'est grâce a ces hommes courageux que la conquête de l'espace a évoluée et évolura encore...

  • avatar
    zebra83 -

    C'est grâce aux expériences menés dans l'espace que les couches culottes des enfants on vus le jour (vraiment rentable)

  • avatar
    refillable -

    encore un des rares français qui peut s'envoyer en l'air grâce au impôts payer par les contribuables qui n'arrivent pas a finir les fin de mois!

    avatar
    nicea25 -

    peut être mais regarder la comparaison avec les salaires de nos politiques et juger vous mème