Tom Jones, appelé à la rescousse par son fils SDF qu'il n'a jamais reconnu

Tom Jones, appelé à la rescousse par son fils SDF qu'il n'a jamais reconnu
Tom Jones lors du photocall de l'émission The Voice à Londres, le 3 janvier 2018.

Marc-Emmanuel Adjou

Le chanteur de "Sex Bomb" a un fils illégitime qui vit dans un foyer pour sans-abri dans le New Jersey.

Il s'appelle Jonathan Berkery. Mais sur scène, il est Jon Jones. Jones comme le célèbre musicien gallois Tom Jones. Et ce dernier n'est autre que son père. Au sommet de sa gloire, l'interprète du tube It's not unusual n'a cessé de multiplier les conquêtes. Jusqu'à ce jour d'octobre 1987 où, en tournée américaine, il fait la rencontre de Katherine Berkery, jeune mannequin avec laquelle il a une aventure. C'est ainsi qu'est conçu le petit Jonathan.

"Je veux rencontrer mon père"

Le Daily Mail britannique a retrouvé les traces de l'enfant illégitime du crooner. Âgé de 29 ans, le jeune homme vit dans la précarité, dans une résidence pour SDF située dans le New Jersey. Un décor, loin du confort et de l'opulence dans lesquels vit son illustre paternel, qu'il n'a jamais connu. Mais aujourd'hui, Jonathan souhaite le rencontrer. "Je ne veux pas d'aide pour ma carrière ou quelque chose de ce genre. Je veux juste rencontrer mon père avant qu'il ne soit trop tard (...). La vie est trop courte", a-t-il ainsi déclaré dans un courrier adressé à Tom Jones, que s'est procuré le magazine.

Longtemps, Tom Jones n'a pas souhaité reconnaître sa progéniture. Pour faire valoir ses droits, la mère de l'enfant a dû l'assigner en justice. En 1989, un tribunal américain lui donnera raison à l'issue d'un test ADN prouvant que Jones est bien le père, lui ordonnant de verser une pension alimentaire jusqu'à la majorité du garçon. Ce n'est qu'en 2008 que le chanteur de 77 ans acceptera d'évoquer l'histoire, au micro de MTV : "Ce n'était pas quelque chose que j'avais planifié. Si ça avait été le cas, j'au­rais fait plus que de simplement apporter mon aide financière. (...). J'ai vraiment été piégé."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU