Valérie Trierweiler nie avoir détruit du mobilier à l'Élysée

Valérie Trierweiler nie avoir détruit du mobilier à l'Élysée
Valérie Trierweiler au Gala d'Enfance Majuscule à la salle Gaveau à Paris, le 26 mars 2018.

Hélène Demarly

Lorsqu'elle était au Palais présidentiel, l'ancienne compagne de François Hollande a été accusée d'y avoir causé pour trois millions d'euros de dégâts, le jour où elle a appris la relation du chef de l'État avec Julie Gayet. Désormais, Valérie Trierweiler souhaite rétablir "la vérité".

En janvier 2014, Closer révèle la liaison entre François Hollande et Julie Gayet. Valérie Trierweiler, femme bafouée, quitte alors l'Élysée et écrira plus tard un livre, "Merci pour ce moment", consacré à sa relation amoureuse avec le président de la République. Une rumeur se propage alors : elle serait rentrée dans une colère noire le jour où elle a appris la tromperie. Aurait suivi, une dispute violente avec François Hollande pendant laquelle elle aurait brisé pour 3 millions d'euros de mobiliers : vases et pendules précieux, objets d'art en provenance des collections du Mobilier national.

Elle souhaite un inventaire

Dans Paris Match, la journaliste de 53 ans s'explique : "Ce n'est pas chose aisée de rétablir des vérités lorsque vous avez eu l'appareil d'État contre vous, qui a tenté de vous discréditer. Je ne pardonnerai pas à ceux qui ont fait croire que j'avais cassé du mobilier à l'Élysée. C'est totalement faux."

Elle fait ensuite un appel du pied à Brigitte et Emmanuel Macron en déclarant : "J'aimerais aujourd'hui que le couple Macron, qui peut disposer de l'inventaire, rétablisse la vérité."

Dans la même interview, Valérie Trierweiler revient aussi sur sa vie compliquée à l'Élysée et raconte : "J'étais à peine arrivée que je recevais des lettres d'insultes uniquement parce que nous n'étions pas mariés."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU