Véronique Sanson, amoureuse : "Il empêche que ma vie devienne n'importe quoi"

Chargement en cours
Véronique Sanson participe au concert exceptionnel de Grand Corps Malade au Trianon à Paris, le 17 juin 2016.
Véronique Sanson participe au concert exceptionnel de Grand Corps Malade au Trianon à Paris, le 17 juin 2016.
1/2
© Abaca, Marechal Aurore

Justine Fiordelli

Grande figure de la chanson française, Véronique Sanson se confie aujourd'hui dans les colonnes de Télérama sur l'homme qui partage sa vie et qui la rend heureuse depuis plus de douze ans : Christian Meilland. Une interview confessions des plus touchantes.

Actuellement en pleine promotion de son nouvel album Dignes, Dingues, Donc... prévu dans les bacs le 4 novembre 2016 Véronique Sanson n'a pas toujours eu la vie rose. Marquée par ses amours tumultueuses avec Michel Berger ou encore Stephen Stills - père de son fils Christopher - et par un passé douloureux avec l'alcool, elle explique aujourd'hui avoir retrouvé un certain équilibre grâce à Christian Meilland, avec qui elle coule des jours heureux depuis douze ans déjà.

"S'il n'était pas là, je passerais des jours sans dîner"

À ses côtés, l'interprète de "Et je l'appelle encore" (premier extrait dédié à sa mère disparue en 2006 issu de son prochain opus) explique dans les pages de Télérama, en kiosque mercredi 19 octobre 2016, se sentir en toute sécurité. Christian est l'épaule sur laquelle elle peut plus que jamais se reposer ! Sans lui, la vie serait sans aucun doute moins douce : "J'ai toujours eu des gens qui veillent sur moi, quelquefois en vain car on ne peut pas changer un élan, une spontanéité. Sous cloche, on s'éteint. Mais avec Christian, c'est différent. Il me tempère, me sécurise. Il empêche que ma vie devienne n'importe quoi."

Mais Véronique Sanson explique également que son compagnon l'aide aussi à garder un rythme de vie convenable, elle qui vit constamment en décalé et n'a pas toujours le temps de dîner :"S'il n'était pas là, je passerais des jours sans dîner. Je ne suis plus noctambule, mais je suis nocturne : ma vie commence à 19 ou 20h. Je ne dors pas beaucoup. La nuit m'est indispensable. Dans le silence, je peux me rassembler."

Un amour qu'elle avouait déjà en 2008, dans les colonnes du magazine Elle : "En ce moment, ça va, je suis heureuse et heureuse de vous le dire. J'ai trouvé quelqu'un de merveilleux, de solide, de subtil." Une jolie déclaration de la part de Véronique Sanson qui s'apprête à retrouver son public à l'occasion d'une tournée dans toute la France qui promet d'être exceptionnelle. Prochaine date à retenir : son passage à l'Olympia de Paris, du 15 au 23 décembre 2016.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU