Vincent Cassel ému (presque) aux larmes sur le plateau de Laurent Delahousse

Vincent Cassel ému (presque) aux larmes sur le plateau de Laurent Delahousse

Vincent Cassel à l'avant-première de "Demain tout commence" au Grand Rex à Paris, le 28 novembre 2016.

A lire aussi

Jessica Rat

Sur le plateau de "20h30 le dimanche", l'acteur n'a pu cacher son émotion face à quelques images rappelant l'héritage de son père, Jean-Pierre Cassel, décédé en 2007 des suites d'un cancer.

Pour son nouveau magazine hebdomadaire présenté depuis la rentrée sur France 2, Laurent Delahousse a convié ce dimanche 17 septembre 2017 un grand nom du cinéma français. Vincent Cassel s'apprête à réinvestir les salles obscures de l'Hexagone en jouant "Gauguin" dès mercredi prochain. L'occasion pour le journaliste phare de la deuxième chaîne de revenir sur sa carrière. Et de souligner un certain destin influé par son père, Jean-Pierre Cassel, "comédien mais aussi homme de théâtre et danseur", rappelle-t-il.

Un portrait de famille plein d'émotion

Ainsi un magnéto vient-il retracer le parcours familial : des claquettes du paternel à celles de la soeur, Cécile, en passant par le rap du frère, Mathias alias Rockin' Squat, et bien sûr Vincent, révélé par "La Haine" il y a plus de deux décennies maintenant. Face à ces images, et notamment celles qui le voient dédier en 2009 son César à son père, décédé juste avant le tournage du diptyque consacré à Jacques Mesrine, l'ex-époux de Monica Bellucci est de toute évidence ému.

"C'est quoi le mot qui vous vient à l'esprit quand vous pensez à votre père ?", lui demande Laurent Delahousse. "Une certaine élégance quand même", répond-il. Ses lunettes bleues en seraient presque embuées, mais aucune larme ne coule. "J'ai envie de sortir un violon carrément, ou un mouchoir, je ne sais pas...", poursuit-il, avant de dire simplement : "Merci."

 
4 commentaires - Vincent Cassel ému (presque) aux larmes sur le plateau de Laurent Delahousse
  • avatar
    alexandra3 -

    J'ai eu plutôt l'impression qu'il était agacé par l'insistance de Delahousse .

  • avatar
    bobby60460 -

    J'étais consterné devant la prestation de Delahousse. Il cherchait à faire pleurer dans les chaumières ! Vincent Cassel l'a gentiment mis dans les cordes ! C'est pourquoi je déserte maintenant France 2 et cette politique de mettre des potiches aux infos ! Pas compliqué de lire un prompteur ! Je regarde désormais LCI avec des vrais pro de l'information !

  • avatar
    peretruande -

    oh lala ! pauvre petit nunul!

  • avatar
    Stivelle -

    Eh bien j'ai plutôt eu le sentiment qu'il était excédé par les questions indiscrètes et sirupeuses de Delahousse. Vincent Cassel a l'air très pudique, économe de ses paroles et de ses émotions. Pour ma part, j'ai surtout retenu de son enfance qu'elle n'a pas été tendre, un peu comme celle de Lambert Wilson d'ailleurs. Etre "fils de", ce n'est pas si évident. Aujourd'hui, et l'un et l'autre existent à part entière, et ce avec un très grand talent.

    avatar
    bobby60460 -

    Tout à fait d'accord avec vous. Delahousse aurait mieux fait de s'intéresser à lui au lieu de lui raconter une énième fois la vie de son père. De part ses choix de films on sent un acteur sensible et écorché vif qui n'hésite pas à prendre des risques.

    avatar
    Stivelle -

    Bonjour Miss Tagada et Bobby. Merci beaucoup pour le compliment, même s'il est modéré - et à très juste titre - par le "presque". Sourire. Delahousse est comme beaucoup trop de journalistes : il pense surtout à se mettre en valeur. Là, il a manqué singulièrement de finesse.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]