William Sheller : la mère de ses enfants était "sous l'influence d'une secte"

William Sheller : la mère de ses enfants était "sous l'influence d'une secte"
William Sheller, Jeanne Cherhal, Louane et Véronique Sanson lors des Victoires de la Musique au Zénith de Paris, le 12 février 2016.

Fabien Gallet

À l'occasion de la sortie vendredi 24 mai 2018 du nouvel album d'Eddy Mitchell sur lequel il donne de la voix, le chanteur a accepté de répondre aux questions du magazine Paris Match. Il y a évoqué un sujet qui a fortement perturbé la vie de ses deux enfants.

Dans les pages de Paris Match (en kiosque depuis le lundi 21 mai 2018), l'interprète du tube Un homme heureux s'est épanché sur ses soucis de santé, son rapport passé à la cocaïne mais également certains problèmes familiaux. Parmi eux, William Sheller a levé le voile sur une période difficile vécue par sa fille et son fils, alors qu'il était séparé de leurs maman. "Mes enfants m'ont appelé au secours un jour et m'ont demandé s'ils pouvaient venir vivre chez moi plutôt que de rester chez leur mère", s'est souvenu le chanteur de 71 ans avant de préciser : "Je leur ai dit de venir tout de suite. Le lendemain matin, j'étais à la gendarmerie."

Un "asile" indispensable

Si ses deux enfants lui ont demandé de vivre chez lui c'est parce que leur maman n'était, selon lui, plus elle-même et plus à même d'assurer son rôle. "Mes enfants sont venus hier me demander asile parce que leur mère est sous l'influence d'une secte religieuse", a ainsi révélé William Sheller devant les gendarmes.

Malgré ces déclarations, ses enfants disparaissent quelques jours avec leur mère six mois plus tard. De quoi l'obliger à se rendre de nouveau à la gendarmerie. "J'ai reçu des menaces et j'ai engagé des gardes du corps pour les accompagner à l'école", a-t-il ajouté avant de conclure en expliquant que ces événements ont profondément changé les relations familiales : "Mon fils n'a plus jamais revu sa mère, ma fille la voit de temps en temps."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU