Yannick Noah ne paiera pas un million d'euros au fisc

Yannick Noah ne paiera pas un million d'euros au fisc
Yannick Noah dispute le trophée des légendes devant sa famille lors des internationaux de France de tennis à Roland Garros à Paris le 4 juin 2016.

Clement Caillive

La sentence est tombée. Selon les informations révélées par BFM Business, Yannick Noah a été définitivement condamné par le Conseil d'Etat alors qu'il contestait, depuis 20 ans, devoir payer un million d'euros à l'administration fiscale.

Le Conseil d'Etat vient de clore un dossier vieux de 20 ans. L'ancien joueur de tennis s'était installé en Suisse en 1988 avant de revenir en France en 1993. Cette même année, il a déclaré avoir passé 240 jours en Suisse soit plus de la moitié de l'année ce qui l'exemptait de payer ses impôts dans l'Hexagone. Mais selon le fisc, à l'époque, ses relevés bancaires et ses factures montraient qu'il avait en réalité passé 183 jours sur le territoire français. Une durée qui l'obligeait à payer ses impôts en France. L'administration lui a donc réclamé un million d'euros comprenant les impôts de l'année 1993 ainsi que les pénalités pour évasion fiscale.

Une décision en demi-teinte pour le chanteur

Le Conseil d'Etat a donc tranché et condamné Yannick Noah à payer 661 457 euros, une somme qu'il a déjà réglée à ce jour. L'ancienne gloire du tennis français échappe donc à la peine demandée par le fisc. L'institution a effectivement déduit les pensions alimentaires versées à son ex-femme ainsi que les 40% de pénalités pour "intention d'échapper à l'impôt en France" que l'administration fiscale n'a pas réussi à prouver durant ce procès.

Yannick Noah est passé deux fois devant le Conseil d'Etat ainsi qu'une fois devant le Conseil constitutionnel ces vingt dernières années. En 2012, il était même allé plaider "l'optimisation fiscale" avec Guy Forget devant le Sénat alors qu'on l'accusait d'évasion fiscale. Ses recours ne l'ont finalement pas aidé à obtenir gain de cause.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU