La climatisation, fléau pour l'environnement ?

Chargement en cours
Quand il fait chaud, la clim est notre alliée mais saviez-vous qu'elle présentait des dangers pour l'environnement ?
Quand il fait chaud, la clim est notre alliée mais saviez-vous qu'elle présentait des dangers pour l'environnement ?
1/2
© Adobe Stock, Andrey Popov

Marine de Guilhermier

Si en période de fortes chaleurs, les systèmes de climatisation sont souvent salutaires, ils constituent en réalité un danger pour l'environnement de par leur consommation électrique élevée et les gaz réfrigérants qu'ils libèrent.

C'est un cercle vicieux. Plus il fait chaud et plus l'on utilise les climatiseurs, mais ces derniers rejettent de l'air brûlant dans les rues, ce qui augmente la température, et participent ainsi au réchauffement climatique... Malgré cela, ils sont de plus en plus nombreux dans le monde et dans les trente prochaines années leur nombre pourrait même passer de 1,6 milliard à 5,6 milliards, notamment avec le développement économique de pays chauds et très peuplés comme l'Inde. Des chiffres qui commencent à sérieusement inquiéter. En mai 2018, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a ainsi publié un rapport mettant en garde contre les dangers de la climatisation.

Quand climatisation rime avec pollution

Car si la clim a notamment pour effet positif de réduire la mortalité des personnes âgées et de rendre plus vivables les périodes de canicule, cela est contrebalancé par deux gros effets négatifs. D'abord la quantité d'électricité qu'elle consomme, soit 10% de la demande mondiale aujourd'hui, mais cela pourrait tripler d'ici à 2050. Une surconsommation qui "augmente notablement les niveaux d'ozone, de particules fines et de gaz à effets de serre", comme le révèle une étude américaine publiée dans Environmental Science & Technology. Puis, les fluides réfrigérants qu'elle utilise et qui sont, eux aussi, des gaz à effets de serre."En théorie, ces gaz ne doivent pas sortir des climatiseurs, mais dans la pratique, sur la durée de vie d'un équipement, il y a presque toujours des fuites, que ce soit au cours de la fabrication, de la maintenance, ou lors de pannes", explique Blaise Horisberger, un spécialiste de l'Office fédéral de l'environnement suisse au site du Temps.

D'ailleurs, les gaz réfrigérants utilisés dans les premiers systèmes de climatisation (chlorofluorocarbures) sont désormais interdits car trop dangereux pour la couche d'ozone. Et si ceux utilisés aujourd'hui (hydrofluorocarbures) ne le sont plus, ils menacent en revanche le climat car leur pouvoir réchauffant est plusieurs milliers de fois supérieur à celui du CO2. Résultat, ils vont progressivement eux aussi être bannis à la suite d'un accord mondial signé en 2016. De nouveaux gaz réfrigérants moins dangereux pour l'environnement devront donc être utilisés.

Les alternatives plus écologiques

Pour l'Agence internationale de l'énergie, ce qu'il faut surtout pour embrayer les dangers environnementaux dus à la climatisation, c'est construire des appareils bien plus efficaces en termes de consommation énergétique. Car si les climatiseurs commercialisés dans l'Union européenne et au Japon sont assez performants, ceux vendus aux États-Unis, où 90% des logements sont équipés de clim, le sont beaucoup moins... Il existe aussi des moyens de rafraîchir l'air plus écologique comme la climatisation solaire ou la bio-climatisation qui utilise l'évaporation de l'air. Mais parviendront-ils à se démocratiser ? Rien n'est moins sûr.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU