La pandamania est-elle dangereuse pour les autres animaux ?

Chargement en cours
Les pandas ont de nombreux fans à travers le monde mais qu'en est-il des autres espèces menacées ?
Les pandas ont de nombreux fans à travers le monde mais qu'en est-il des autres espèces menacées ?
1/2
© iStock, zeleno

Marine de Guilhermier

Aujourd'hui, le monde entier est fan de pandas géants, ces adorables animaux menacés d'extinction. Mais pourquoi donc ce mammifère fascine-t-il autant, au point qu'on oublie parfois que d'autres espèces sont aussi en danger ?

La pandamania, qu'est-ce que c'est ?

Symbole du Fond Mondial pour la Nature (WWF) depuis sa création en 1961, le panda géant est l'un de ces animaux ultra-populaires, mais aussi malheureusement l'un des plus menacés au monde. Depuis 2016, il n'est néanmoins plus classé en tant qu'espèce "en danger" sur la liste mondiale des espèces menacées d'extinction de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), mais seulement en tant qu'espèce "vulnérable". Et s'il a toujours été apprécié du grand public, la France fait face à un engouement incroyable pour le panda depuis que la Chine, dont il est originaire et où il est considéré comme un "trésor national", en a prêté deux, Huan Huan et Yuan Zi, en 2012 au zoo de Beauval. Un enthousiasme qui est monté d'un cran avec la naissance du petit Yuan Meng le 4 août 2017, baptisé en grande pompe par une certaine Brigitte Macron ! On pourrait toutefois penser qu'une telle médiatisation nuit à la protection d'autres animaux tout aussi en danger mais un peu moins glamour, comme par exemple l'escargot de Corse.

Trop d'argent dépensé pour les pandas ?

La Chine étant extrêmement investie dans la survie de son espèce favorite, elle ne lésine pas sur les moyens pour la préserver et s'en sert même comme outil diplomatique en en "prêtant" certains aux pays avec qui Pékin a une bonne relation. Malheureusement, d'autres espèces n'ont pas cette chance. "Pour des raisons affectives et subjectives, certains animaux emblématiques bénéficient d'efforts financiers importants et d'autres font figure de parents pauvres", expliquait ainsi Florian Kirchner, chargé du programme espèces à l'UICN, à L'Express en 2012. Et de poursuivre : "Or on sait que, chaque année, des espèces disparaissent et que les moyens sont loin d'être à la hauteur des besoins."

Faut-il sacrifier des espèces pour en sauver d'autres ?

C'est la question qui se pose face au nombre croissant d'espèces menacées et c'est ce que l'on appelle le tri de conservation (que tous les scientifiques ne cautionnent pas). C'est-à-dire la décision de ne pas prendre en charge une certaine espèce tout en sachant que cela entraînera probablement son extinction. Mais difficile alors de prioriser les espèces... Différents critères peuvent être pris en compte comme le degré de menace pesant sur tel ou tel animal, le coût du projet, ou encore "l'effet parapluie", soit le fait que la protection d'une espèce entraîne celle de son environnement et de la faune et flore s'y trouvant. Le panda est l'une de ces espèces. En revanche, ce qui ne joue pas en sa faveur, c'est qu'il ne peut se reproduire que quelques jours par an. Ce qui ne le rendrait pas prioritaire pour certains. Mais, comme l'assurait le scientifique Hugh Possingham dans une enquête du site Reporterre en 2017, "la Chine n'abandonnera jamais le panda, ça n'a donc aucun sens d'en discuter en matière de priorisation".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU