Père Noël : faut-il vraiment faire croire aux enfants qu'il existe ?

Chargement en cours
Certains parents choisissent de taire la vérité à leurs enfants.
Certains parents choisissent de taire la vérité à leurs enfants.
1/2
© iStock, lisegagne

Marc-Emmanuel Adjou

Alors que certains parents préfèrent jouer la carte de l'honnêteté en avouant à leurs enfants que le Père Noël n'est que pure création, d'autres font le choix d'entretenir la magie de l'événement en gardant le secret.

Théo et Antoine* ont respectivement 7 et 5 ans. Comme chaque année, ils attendent avec impatience le 25 décembre afin de déballer avec ferveur, dès les premières lueurs du soleil, les cadeaux que leur aura laissés le Père Noël sous le sapin familial. Le premier, qui soutient avoir été "très sage" durant l'année écoulée, espère recevoir "une toupie Beyblade, un babyfoot et une Nintendo Switch", parce que "c'est la dernière console à la mode". Le second, lui, attend "beaucoup de jouets" parmi lesquels "un circuit lumineux Hatchinimals et une voiture Pat'Patrouille". Mais ce qu'ils ignorent, c'est que ce Père Noël dont ils attendent qu'il les récompense pour leur sagesse exemplaire est en réalité leur mère, Claire.

Les deux écoles

"Ils ne savent pas encore que c'est moi", répond la jeune maman, lorsqu'on lui demande si ses garçons connaissent son identité secrète. Mais Claire a une bonne excuse : "Cela aide à les assagir de leur faire croire que le Père Noël voit toutes leurs bêtises et qu'ils n'auront aucun cadeau s'ils continuent ainsi. Mais ils découvriront la supercherie un jour ou l'autre". Et de conclure, pragmatique : "Pour l'instant, ils sont assez fiers d'aller saluer le pseudo Père Noël lorsqu'on se balade dans la galerie commerciale". Un avis que ne partagent pas Hélène et Paul, qui eux, ont choisi d'être francs avec leur fille de 6 ans. "Avec mon conjoint, on a choisi de leur dire la vérité parce qu'on ne veut pas qu'ils soient déçus en apprenant la vérité", explique la matriarche, avant d'argumenter : "Cela ne veut pas dire qu'on ne croit pas en la magie de Noël. On déplore un peu que ce soit devenu un argument pour les commerçants pour faire dépenser beaucoup d'argent aux parents. Noël devrait être l'occasion de se retrouver, pas celle d'acheter le meilleur ou le plus de cadeaux."

Dire ou ne pas dire

Alors que faire ? Être honnête avec ses enfants, quitte à sacrifier leur innocence ? Ou continuer à alimenter le rêve et risquer un désenchantement brutal. Pour le psychanalyste Claude Halmos, interrogé par le magazine ELLE en août 2009, la réponse est claire : "(Le Père Noël)est un moyen de symboliser une chose qui existe vraiment : l'envie de donner, de faire plaisir à ceux qu'on aime. Quand ils sont petits, les enfants ont besoin d'incarner ces sentiments dans un personnage". Le spécialiste indique à cet effet qu'il est important de continuer à entretenir le mystère, tant que l'enfant est innocent et ne souhaite pas en savoir plus : "Ce serait le mettre en décalage avec les autres enfants qui, eux, y croient". Mais il est formel, le Père Noël ne doit pas être un outil de chantage pour les parents : " Si l'enfant a fait une bêtise, on le punit, point. L'éducation n'a rien à voir avec le Père Noël. Il y a une différence entre créer du merveilleux et prendre l'enfant pour un imbécile et le manipuler."

*Les prénoms ont été changés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU