Pétitions en ligne : servent-elles vraiment à quelque chose ?

Chargement en cours
La pétition en ligne, l'engagement citoyen 2.0.
La pétition en ligne, l'engagement citoyen 2.0.
1/2
© Adobe Stock, Wayhome Studio

La rédaction

À l'ère du numérique, s'engager sans bouger de sa chaise de bureau n'a jamais été aussi facile. Du retour de Julien Lepers sur Questions pour un Champion à Chevelu, ce chat massacré à Draguignan, ou encore l'interdiction en libre accès de la codéine, il est désormais possible de militer en un seul clic. Mais ces pétitions servent-elles vraiment à quelque chose ?

Change.org, wesign.it, mesopinions.com, avaaz.org... Les sites de pétitions en ligne ne cessent d'envahir la Toile. Ce nouveau système de militantisme connaît un succès fulgurant au regard de ce qu'il propose : soutenir, en son nom ou de façon anonyme, de nombreuses initiatives gratuitement. Plus besoin de militer dans les rues en s'exposant publiquement. Les lanceurs d'alertes peuvent être anonymes en utilisant un pseudo tant que leur pétition répond à un objectif clair et réalisable. Une façon de faire entendre sa voix sans lever le petit doigt.

Un outil de mobilisation

Même si les Français n'hésitent pas à défier leurs dirigeants politiques (comme le souligne le huitième Baromètre annuel de la confiance politique du CEVIPOF), ils n'en restent pas moins intéressés par ce qu'il se passe dans le paysage politique. D'autant que les pétitions en ligne puisent leurs avantages dans la rapidité, la multiplicité des canaux de diffusion et le grand nombre de causes qu'il est possible de soutenir. Un dispositif qui génère en quelques jours des milliers de signatures grâce à la puissance d'Internet. Prenons pour preuve l'affaire Jacqueline Sauvage. Cette femme a été graciée par le Président François Hollande en 2016, à la suite d'une pétition en ligne (430 000 signatures collectées), lui évitant ainsi 10 ans de prison pour le meurtre de son mari qui la battait depuis des années. Une histoire parmi tant d'autres qui atteste du pouvoir des pétitions sur la Toile.

Un système loin d'être infaillible

Un phénomène en plein essor qui montre pourtant quelques limites. Comment mesurer la fiabilité des signatures ? Comment s'assurer qu'il n'y ait pas plusieurs signatures provenant de la même personne ? Les données sont à ce sujet difficiles à recenser même si les plateformes dédiées spécifiquement aux pétitions sont plus sûres que les autres. En 2013, France 3 avait fait les frais d'un hacker qui s'était amusé à voter 64 000 fois pour la même proposition. Une première mise en garde sur la fiabilité des pétitions en ligne.

Halte à l'astroturfing

Même si depuis cet incident, les plateformes se sont dotées de systèmes de mesure plus fiables et plus sécurisés, un autre problème fait surface : l'astroturfing. Ce terme, emprunté aux Américains, désigne la propagande masquée des lobbys politiques, industriels et publicitaires. Sous couvert d'une pétition ou d'un sondage, les lobbyistes n'hésitent pas à faire passer leurs intérêts sous la forme d'une revendication citoyenne. Une technique en constante augmentation qui appelle à une grande méfiance à l'égard de la manipulation de l'opinion publique via Internet.

Alors soutenez, signez, mais en toute âme et conscience !

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU