Pollution : quels effets sur la santé ?

Chargement en cours
La pollution de l'air peut avoir de graves conséquences sur la santé.
La pollution de l'air peut avoir de graves conséquences sur la santé.
1/2
© iStock, DragonImages

Fabien Gallet

Avec la pollution de l'air, l'organisme s'exposerait à divers dangers. Maladies respiratoires, problèmes neurologiques, mortalité... Passage en revue des effets néfastes que les polluants atmosphériques pourraient avoir sur la santé.

"Le fait de respirer de l'air pur est considéré comme une condition essentielle de la santé et du bien-être de l'homme. Cependant la pollution de l'air continue de faire peser une menace importante sur le plan sanitaire partout dans le monde", explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Chaque jour, nous respirons près de 15 000 litres d'air. Sa qualité est donc essentielle. Or, les épisodes de pollution, nombreux au cours de cet hiver 2017, peuvent s'avérer nocifs.

Un danger accru pour certains individus

Au quotidien, la pollution affecterait l'organisme. Mais tout le monde n'est pas égal face aux polluants de l'air, qu'il s'agisse des fameuses particules fines, de l'ozone ou du dioxyde d'azote, lesquels restent dans l'atmosphère surtout lorsque les vents sont faibles et l'air froid. Ce sont principalement les nourrissons et les enfants jusqu'à 12 ans, les femmes enceintes et les personnes âgées (plus de 65 ans) qui seraient les plus sensibles à la pollution atmosphérique. Et pour cause, leur organisme demeure plus fragile. De même, les individus souffrant d'allergies ou de maladies cardio-respiratoires se doivent d'être plus vigilants. C'est également le cas des fumeurs et des sportifs.

Des troubles de la respiration

La pollution aurait des effets sur la santé et influerait en particulier au niveau de l'appareil respiratoire. Accusés de pouvoir être considérés comme des facteurs de toux, de rhinites mais aussi d'irritations de la gorge et des yeux (les muqueuses), les polluants pourraient également favoriser les crises d'asthme et les allergies, notamment aux pollens. Et pour cause, ils entreraient dans les poumons et se fixeraient sur les bronches et les alvéoles. Ce qui pourrait, dans certains cas, provoquer une fragilisation ou une irritation des bronches, lesquelles sont plus exposées aux bactéries et aux virus. Résultat : le nombre de bronchites aiguës ou chroniques, de bronchiolites notamment chez l'enfant, ou de broncho-pneumopathies chroniques obstructives (complication de la bronchite), augmenterait lors des pics de pollution.

Des affections diverses avérées

La pollution serait également pointée du doigt en ce qui concerne certaines maladies cardiaques. Elle augmenterait effectivement les risques d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou d'infarctus du myocarde. D'autre part, certains spécialistes attribueraient la baisse de la fertilité masculine à l'impureté de l'air. La pollution pourrait donc favoriser certains troubles de la reproduction, mais aussi être à l'origine de naissances prématurées, comme l'a récemment fait savoir une étude de l'Université d'York, en Angleterre. Cette dernière explique que les particules fines seraient responsables de 18% des naissances prématurées dans le monde. Enfin, la pollution pourrait influer sur l'obésité.

Un mal cancérigène et mortel ?

La pollution serait à l'origine d'un certain nombre de cancers, mais ces derniers ne sont pas quantifiables. C'est ce qu'assure le Centre international de recherche sur le cancer (IARC), agence rattachée à l'OMS. L'IARC a en effet classé comme cancérigènes, les particules fines, en 2013. De ce fait, la pollution serait mortelle ou jouerait en tout cas un rôle conséquent dans la diminution de l'espérance de vie. "Plus de 2 millions de décès prématurés peuvent chaque année être attribués aux effets de la pollution de l'air extérieur dans les villes et de l'air à l'intérieur des habitations (...) à travers le monde", précise d'ailleurs l'OMS.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU