Intelligence artificielle : où en est-on ?

Chargement en cours
Les progrès de la recherche sur l'intelligence artificielle ont été très rapides ces dernières années.
Les progrès de la recherche sur l'intelligence artificielle ont été très rapides ces dernières années.
1/2
© Adobe Stock, phonlamaiphoto

Christian Pambrun

Véritable fantasme de science-fiction il y a encore quelques décennies, l'intelligence artificielle a fait d'énormes progrès ces dernières années. De votre smartphone à votre voiture, en passant par Internet, cette technologie devient incontournable et utile, mais soulève de nombreuses questions. Où en est-on ?

Créer une machine aussi performante et intelligente qu'un humain est une mission qui obsède les scientifiques depuis plus d'un demi-siècle. Dès les années 50, le mathématicien Alan Turing initie les recherches et le questionnement autour des machines conscientes, et le développement de l'informatique dans les décennies qui suivent reste indissociablement lié à cette question. Si l'évolution de ces nouvelles technologies s'est faite en dent de scie (et a surtout été concentrée aux États-Unis), l'intelligence artificielle (aussi appelée IA) semble désormais être au coeur de tous les intérêts.

Des progrès fulgurants

Les domaines d'application de l'IA font aujourd'hui partie de la vie quotidienne : des simples "chatbots" qui aident les utilisateurs d'internet à naviguer sur certains sites, aux voitures pouvant se garer toutes seules, en passant par les robots pouvant simuler des sentiments humains. Les grandes entreprises technologiques se sont engouffrées dans ce domaine. Cet été, Google - qui a racheté DeepMind, spécialisée en IA, en 2014 - va lancer en France son assistant vocal Google Home, un petit appareil répondant à de nombreuses demandes vocales (agenda, recherches internet, connexion avec d'autres appareils). Apple, et son fameux Siri, tente aussi d'améliorer ses systèmes IA et ainsi les performances de l'iPhone. Le domaine de la santé est également concerné, avec des programmes qui pourraient diagnostiquer et aider à traiter certaines maladies plus rapidement. Les progrès ont été fulgurants ces dernières années grâce au "deep learning", une méthode d'apprentissage des machines basée sur des réseaux de neurones artificiels, qui à terme pourraient leur permettre d'apprendre sans l'aide d'ingénieurs. Les responsables politiques ont bien compris l'enjeu, et début 2017, le gouvernement français a lancé l'opération France IA, afin de développer cette filière.

Une menace pour l'humanité ?

Si les aspects pratiques de l'IA sont indéniables, de plus en plus de voix s'élèvent contre les dérives et dangers potentiels de cette technologie. Parmi elles, celle de l'astrophysicien britannique Stephen Hawking, qui estime que l'IA pourrait mettre fin à l'humanité. Le développement d'armes autonomes qui pourraient se retourner contre leurs créateurs est une grande crainte. Une intelligence artificielle complète finirait par apprendre plus, et plus rapidement que les humains, et les dépasserait. Il est rejoint dans cette analyse par l'entrepreneur américain Elon Musk : "L'intelligence artificielle est un danger fondamental pour l'existence de la civilisation humaine", a-t-il récemment averti, bien qu'étant lui-même investi dans ces recherches avec sa société Neuralink. Faudra-t-il ralentir ou réguler les recherches d'une technologie qui pourrait être aussi utile que dangereuse ?

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU