Deux, trois, quatre : pourquoi les bisous sont différents selon les régions ?

Chargement en cours
Combien de bises faites-vous à vos amis dans votre région ?
Combien de bises faites-vous à vos amis dans votre région ?
1/2
© iStock, franckreporter

Solène Filly

Alors que la journée du baiser est fixée au 6 juillet, honneur à la bise. Cette manière de se saluer très française laisse ainsi de nombreux étrangers perplexes, à l'instar de Paul Taylor, comique britannique, qui en avait même fait le thème de l'une de ses vidéos sur YouTube. Une tradition d'autant plus étonnante, puisque le nombre de bisous n'est pas forcément le même selon les régions.

Une histoire récente

Pourquoi les habitants d'une région optent-ils pour deux bises pour se dire bonjour, alors que leurs voisins en préfèrent parfois trois ou quatre ? Le mystère reste entier. Car si la bise existait déjà chez les Romains, elle a presque disparu au XIVe siècle à cause de la peste. La bise telle qu'on la connaît aujourd'hui en France a des origines beaucoup plus récentes, comme l'explique à LCI la psychosociologue Dominique Picard, auteure de "Pourquoi la Politesse ? Le savoir-vivre contre l'incivilité" : "Jusqu'ici la bise était surtout réservée aux très proches, aux membres de la famille. (...) Les jeunes femmes s'embrassaient déjà entre elles au XIXe siècle, mais que les garçons et les filles le fassent quand ils sont jeunes, cela date vraiment des années 1970."

Une question de classe

Plus qu'une spécificité régionale, le nombre de bises semble être influencé par les origines sociales d'un individu. Ainsi, au milieu du XXe siècle, on "se contente de ne faire qu'une bise, deux à la rigueur. Si vous en faites plus, ça fait un peu 'paysan'", toujours selon Dominique Picard. Aujourd'hui, la notion de classe est moins marquée, mais des différences persistent quand même entre milieux ruraux et urbains, ouvriers et cadres. "Le baiser appuyé est d'essence populaire, tandis que le bourgeois préfère l'effleurement, sur le modèle du baisemain", explique Suzanne Lallemand, anthropologue au CNRS, au journal L'Express.

Une carte des bises

Alors, comment faire pour s'y retrouver ? C'est justement pour répondre à cette question que Gilles Debunne a créé le site Combiendebises.com. Grâce à un sondage effectué auprès de plus de 80 000 personnes, on découvre que la majorité des Français optent pour deux bises lorsqu'ils se saluent. Les trois bises sont, quant à elles, plutôt communes dans le Massif Central, mais aussi dans les Hautes-Alpes ou dans l'Ain. Les départements les plus gourmands en terme de bises et qui en prônent 4, sont l'Yonne, la Haute-Marne, ou encore la Vendée, contrairement au Finistère et aux Deux-Sèvres, qui se contentent d'une seule bise pour se saluer.

Et à l'étranger ?

Mais la bise n'est pas qu'une tradition française. En effet, les Brésiliennes aussi se font la bise pour se saluer, mais pas les Brésiliens qui se contentent, eux, d'un abraço, une accolade. En Russie et dans certains pays d'Europe de l'Est, la bise se fait sur la bouche, mais il ne s'agit évidemment pas d'un French kiss. Quant à la Serbie, le nombre de bisous est généralement impair, sauf dans des circonstances malheureuses, comme lors de funérailles, où la bise doit alors correspondre à un chiffre pair.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU