Hanouna et Castaldi accusent les équipes de Yann Barthes de faire pression sur les invités de TPMP et diffusent des SMS

par morandini

Cyril Hanouna et Benjamin Castaldi ont accusé hier soir les équipes de Yann Barthes de faire pression sur les invités de TPMP afin qu'ils ne viennent pas dans l'émission et ont diffusé de SMS qui auraient été envoyés par le programmateur de l'émission. Et hier, c'est donc Benjamin Castaldi qui a lancé la charge contre les équipes de Quotidien sur TMC: "Lundi nous recevions Pierre-Antoine Bosse et, dans les coulisses, en discutant avec le champion et son agent nous avons découvert certaines choses. Ce dernier nous a montré les textos qui lui ont été envoyés par le programmateur de l'émission Quotidien de TMC". Benjamin Castaldi montre alors à l'antenne les textos du programmateur de Yann Barthes: "J'avais confiance en toi, tu m'avais dit que tu me recontacterai après avoir décalé l'invitation pour que Pierre-Antoine Bosse prenne du repos. Or j'apprends sur twitter qu'il va en fait chez TPMP. Pierre-Antoinne Bosse passe ainsi du 1er talk show de France au profit d’une émis­sion qui a très mauvaise presse." Et Benjamin Castaldi de commenter cette façon de faire: "C’est un mode de pres­sion qui doit dater des années 90. De dire qu’on a mauvaise presse, ce n’est pas très sympa­thique. Je trouve cette méthode fran­che­ment dégueu­lasse. Si on fait un peu l’his­toire depuis cinq ans que vous êtes face à Yann Barthès, il y a eu 1 000 émis­sions et il vous a battu 50 fois.» "50 fois de trop" a alors lancé Cyril Hanouna avant de lancer un avertissement aux chaînes: "Ne prenez jamais les artistes en otage !" Cyril Hanouna a également ajouté qu'il n'allait pas appeler Yann Barthes: "La dernière je lui ai proposé de prendre un café pour régler nos problèmes, mais il a eu peur et il voulait aller porter plainte à la police! Donc j'arrête de l'appeler car il est un petit peu fragile..." Gageons que ce soir, les équipes de Yann Barthes répondront à toutes ces accusations.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU